Go Top

Enquête / Qualité de vie et des soins en EMS

Jeudi 21.01.2016

Qualité de vie et des soins en EMS

Residents’ Perspectives of Living in Nursing Homes in Switzerland (RESPONS), Haute école spécialisée bernoise, Berne, novembre 2015, 54 pages.

JPEG - 18.8 ko

Pour la première fois en Suisse, l’étude RESPONS fournit des données représentatives de résidant-e-s à propos de la qualité de vie et la satisfaction dans les EMS des régions linguistiques alémanique et romande. Dans l’ensemble, les résidant-e-s estiment que la qualité dans les EMS des deux régions linguistiques est bonne.

1035 résidant-e-s de 51 EMS ont participé à l’étude ; 38 en Suisse allemande et 13 en Suisse romande. Trois quarts des résidant-e-s participants étaient des femmes (76 %). Les participants avaient en moyenne 86 ans et vivaient en EMS depuis environ 3,5 ans.

Ce sont principalement dans les domaines de la gestion de la douleur, la gestion du quotidien, l’autodétermination ainsi que dans des soins et un accompagnement centrés sur la personne qu’il y a un besoin d’agir.

Signalons en particulier un résultat de l’étude : lorsque la dépendance aux soins et les troubles cognitifs augmentent, tout comme avec un état de santé subjectif moins bon, l’évaluation de la qualité de vie et des soins est moins bonne. Cette tendance est visible dans plusieurs dimensions de la qualité de vie ainsi que dans la satisfaction. Ces relations, à prendre au sérieux, montrent que la qualité de vie et des soins se reflète dans la qualité des soins et de l’accompagnement des résidant-e-s les plus dépendants aux soins. Des analyses plus approfondies sont cependant nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives.

Auteur·e·s : Kathrin Sommerhalder, Eliane Gugler, Antoinette Conca, Madeleine Bernet, Niklaus Bernet, Christine Serdaly, Sabine Hahn.

L’étude en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?