Go Top

Etude Pro Senectute / Les seniors et internet en 2015

Mardi 06.10.2015

Digital seniors

L’utilisation des technologies de la communication et de l’information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015, Alexander Seifert (réalisation de l’étude et rapport), Hans Rudolf Schell (direction de l’étude), Université de Zurich, Pro Senectute, 2015, 114 pages.

JPEG - 20.7 ko

Seniors non connectés : les personnes vulnérables de demain ?

Pro Senectute a chargé pour la deuxième fois (2010 et 2015) l’Institut de gérontologie de l’Université de Zurich de mener une étude sur l’utilisation d’Internet et des appareils portables chez les personnes de 65 ans et plus.

L’étude montre que le nombre de seniors qui utilisent Internet a augmenté de moitié depuis 2010 (+47%). Un tiers d’entre eux possèdent une tablette ou un smartphone. Cette augmentation est appréciable. Toutefois, ces personnes ne représentent que 56% de la catégorie des 65 ans et plus, pourcentage encore faible en comparaison avec les 88% d’utilisateurs d’Internet que compte l’ensemble de la population suisse.

Du fait d’une communication toujours davantage basée sur Internet, les personnes qui ne l’utilisent pas (offliners) risquent de perdre le fil et d’être de plus en plus coupées d’informations et de services importants. En revanche, les personnes âgées qui utilisent Internet (onliners) se sentent socialement mieux intégrées et pensent que la toile les aidera à rester plus longtemps indépendantes.

Pour Pro Senectute, il ressort que les seniors qui n’utilisent pas Internet seront les personnes vulnérables de demain. L’organisation au service des personnes âgées entend contrecarrer cette tendance au moyen d’offres spécifiques.

L’étude en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Que devient la Bible entre les mains des femmes?
Jeudi 05.12.2019
Par Elisabeth Parmentier et Lauriane Savoy
L’attitude d’ouverture de Jésus à l’égard des femmes est manifeste. Elle se perd peu à peu pour ne renaître qu’au XIXe siècle. Aujourd’hui, de nombreuses théologiennes réinterprètent ensemble les passages controversés de la Bible.