Go Top

«Sexuer le corps», sur les pratiques médicales d’hier et d’aujourd’hui

Vendredi 18.10.2019

Par quelles technologies et en fonction de quelles idéologies la médecine participe-t-elle à façonner des corps «bien» sexués ? Comment les pratiques médicales contribuent-elles à l'établissement et au renouvellement des normes de sexe et de sexualité ?

Sexuer le coprs Helene MartinLes études réunies dans ce livre permettent de saisir les interrogations et les doutes de la médecine face aux transgressions de sexe et de sexualité. Peut-on convertir un homosexuel à l'hétérosexualité ? Identifier le sexe d'une personne ? Embellir les organes génitaux féminins ? Discipliner le corps des femmes enceintes ? Et comment les personnes résistent-elles à la normalisation médicale en matière de contraception, de disponibilité sexuelle ou de parcours de transition sexuelle ?

Ce livre permet de prendre la mesure des hésitations et des débats qui ont accompagné la constitution du savoir médical, avec une attention particulière à l'histoire suisse récente. Il met en lumière la labilité des frontières entre normalité et pathologie et permet de saisir tant les continuités que les changements d'appréhension du genre depuis le siècle dernier.

Sous la direction de Hélène Martin et Marta Roca i Escoda

Avec les contributions de Hélène Martin, Marta Roca i Escoda, Thierry Delessert, Taline Garibian, Rebecca Bendjama, Raphaëlle Bessette-Viens, Cynthia Kraus, Véronique Mottier, Vincent Barras, Marilène Vuille, Alexandra Afsary, Edmée Ballif, Anastasia Meidani et Arnaud Alessandrin.

Ce livre est gratuit en format pdf.

Commander ou téléchager ce Cahier de l’EESP N°54

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La nourriture et les circuits de la récompense
Lundi 06.04.2020
Par Dayana Jaramillo Loaiza et Zoltan Pataky
Face à un aliment sucré ou riche en graisse, les circuits de la récompense s’activent dans notre cerveau. Les études basées sur les imageries fonctionnelles montrent que les personnes obèses et non-obèses ne réagissent pas de la même façon.