Go Top

Essai «Les orphelins de la République» et la radicalisation

Mardi 07.05.2019

Les djihadistes rentrés de Syrie sont incarcérés, les enfants sont suivis par des services psycho-sociaux, les jeunes mineurs sont sous la main de la Justice (PJJ) et les jeunes radicalisés suivis. Mais cela ne résout pas le problème.

Alain Ruffion 2019Les raisons psychiques, psychologiques et psycho-sociales qui les ont embarqués dans cette idéologie mortifère ne sont pas encore identifiées ni prises en charge. Ce qui veut dire que si on ne les identifie pas d'urgence et si on ne met pas en place des systèmes de guérison de ces abîmes qui ont conduit ces jeunes vers l'enfer, le risque est grand qu'ils ne sortent jamais véritablement de ces systèmes de pensées et, pire, qu'ils replongent à l'occasion d'un évènement déclencheur.

C'est à cela que s'attelle Alain Ruffion. Spécialiste des faits de radicalisation, homme de terrain, il propose dans ce livre passionnant une enquête via le parcours de 350 jeunes suivis pour radicalisation.

Au-delà des données et des analyses qui racontent une jeunesse ainsi qu'un fonctionnement familial et sociétal, ce livre est un formidable tableau de la faille anthropologique qui menace dorénavant chaque nouvelle génération qui se frottera aux rites anti-initiatiques que l'auteur dévoile.

Il est temps de s'emparer des clés d'analyse et de compréhension que ce livre propose. Ce diagnostic clinique et sociétal sera suivi par des propositions novatrices en matière de prévention dans le tome II «Les orphelins de la République : les voies de la résilience».

Essai «Les orphelins de la République. Les failles qui mènent nos adolescents aux radicalités», Alain Ruffion, Editions La Boîte à Pandore, 2019, 255 pages

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Approche relationnelle pour l’autodétermination
Lundi 21.10.2019
Par Geneviève Piérart, Annick Cudré-Mauroux et Carla Vaucher
Pour les personnes présentant une déficience intellectuelle, comment instaurer l’autodétermination dans la vie quotidienne ? Une recherche a identifié la dynamique des relations entre personnes accompagnées et professionnel·le·s.