Go Top

Publication / Etude statistique « Panorama de l’économie sociale et solidaire à Genève »

Jeudi 12.03.2015

Panorama de l’économie sociale et solidaire à Genève

Etude statistique 2015 publiée par la Chambre genevoise de l’économie sociale et solidaire, APRÈS-GE, 76 pages

JPEG - 9.4 ko

La Chambre genevoise de l’économie sociale et solidaire, APRÈS-GE, a publié sa nouvelle étude statistique sur l’économie sociale et solidaire (ESS) à Genève. Cette étude qualitative dessine les contours et met en évidence les bonnes pratiques des entreprises et organisations de l’ESS (égalité femmes-hommes dans les fonctions exécutives, intégration d’apprenti-e-s, prestations élevées pour les salarié-e-s, mesures environnementales, etc). Ces résultats confirment que l’ESS est une économie diversifiée et active dans tous les secteurs économiques ; de la production agricole à la finance, en passant par les services. Les formes juridiques des entreprises et organisations de l’ESS sont variées (associations, sociétés anonymes, coopératives, etc.), tout comme leur taille qui va de la microstructure à la grande entreprise de plus de 250 salarié-e-s.

L’ESS est une économie locale basée sur des critères éthiques, sociaux et écologiques et sur le principe de la « lucrativité limitée ». La lucrativité limitée dans l’ESS, c’est par exemple limiter, en toute transparence, à la fois la rémunération du capital et les écarts salariaux afin de réinvestir les bénéfices d’abord dans l’entreprise ou l’organisation. La lucrativité limitée permet de mettre en œuvre l’objectif prioritaire des sociétés et organisations de l’ESS : la maximisation de leur impact social et environnemental positif.

L’étude statistique confirme que les entreprises et organisations de l’ESS constituent une économie locale, non-délocalisable et à fort impact sociétal.

L’étude en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le divorce, l’argent et le rôle des enfants
Lundi 14.10.2019
Etudiant·e·s et Caroline Henchoz (dir.)
Durant le divorce des parents, les enfants ne jouent a priori aucun rôle économique et sont «préservés». Une enquête montre qu’ils sont pourtant souvent impliqués contre leur gré, en particulier pour les pensions alimentaires.