Go Top

Lausanne rejoint les villes proposant un «drug checking»

Mercredi 12.10.2022

Une permanence hebdomadaire de contrôle de substances psychoactives ouvre ses portes à Lausanne le 13 octobre 2022. Les personnes consommatrices pourront faire analyser leur produit et bénéficier d’un entretien de réduction des risques.

night life vaud projet drug checking 170

Dès le 13 octobre 2022, toute personne souhaitant faire analyser une substance psychoactive qu’elle s’apprête à consommer pourra le faire dans une permanence de Drug checking, installée au centre-ville de Lausanne, à Pôle Sud, chaque jeudi de 17h à 20h. Ce service respectera une stricte confidentialité, sans récolte d’informations sur l’identité de l’usager ou de l’usagère. L’analyse du produit sera réalisée par des personnes formées en chimie forensique, et sera toujours accompagnée d’informations concernant la réduction de risques et de dommages liés à la consommation, ainsi que d’un échange plus général sur les comportements de consommation et les conduites à risque pour la santé.

Ce projet s’inscrit dans la stratégie cantonale vaudoise pour lutter contre la consommation et le trafic de drogues, et s’inscrit dans le pilier « réduction des risques » de la politique fédérale, basée également sur la prévention, la thérapie et la régulation. La création de cette permanence ainsi que celle d’un dispositif de Drug checking en milieu festif sont le fruit d’une étroite collaboration entre la Fondation Le Levant-CAP, l’École des sciences criminelles de l’UNIL, Addiction suisse et la Fondation vaudoise contre l’alcoolisme (FVA), qui coordonne la partie opérationnelle.

Ce projet-pilote sera déployé pendant un an, avec l’objectif de répondre à un enjeu de santé publique, en développant à Lausanne une prestation qui existe déjà depuis de nombreuses années notamment à Bâle, Berne, Genève et Zurich.

Un outil d’analyse innovant

Des progrès technologiques dans le domaine de l’analyse de substances permettent aujourd’hui d’envisager un protocole s’affranchissant en partie des contraintes logistiques liées aux analyses effectuées en laboratoire. Des résultats extrêmement fiables sont ainsi obtenus dans un délai très rapide.

L’analyse se fait en premier lieu à l’aide de la technique NIR (Near Infra Red / spectroscopie proche infrarouge) : la composition des substances est ainsi déterminée en quelques secondes. Ce procédé est non-destructif : il est réalisé sans prélever une partie du produit et sans manipulation de ce dernier par l’intervenant·e. En cas de résultats ambigus ou si la personne qui a demandé le drug checking le désire, une investigation complémentaire en laboratoire est proposée avec un délai de quelques jours.

La possibilité de fournir la majorité des résultats en temps réel soutient une intervention concrète basée sur le résultat obtenu. Cette approche favorise l’appropriation de stratégies de réduction des risques et des dommages en phase avec le résultat de l’analyse spécifique et adapté au contexte.

Déjà proposé entre mai et septembre lors de sept soirées, le dispositif de drug checking en milieu festif a déjà permis d’effectuer 95 analyses et de sensibiliser 154 personnes. Au cours des entretiens, des conseils de réductions des risques ont pu être transmis aussi bien au sujet de la composition des échantillons que concernant les modes de consommation. D’autre part, les entretiens conduits ont permis d’aborder des enjeux personnels concernant la consommation des usager·ère·s.

Détecter des produits surdosés ou problématiques

L’objectif principal de ce dispositif est de réduire les risques pour les personnes consommatrices de substances psychoactives. Cette approche permet d’atteindre un public qui n’entre habituellement pas en contact avec les services du réseau vaudois s’occupant des addictions. Il s‘agit notamment de personnes consommant dans la sphère privée ou en milieu festif, qui sont intéressées à pouvoir réduire les risques et dommages potentiels liés à leur consommation.

La réalisation de l’analyse permet en parallèle d’orienter ces personnes vers les services adaptés à leurs besoins, ainsi que de détecter à temps des produits surdosés, particulièrement dangereux, ou encore de nouvelles substances inconnues et potentiellement problématiques.

(Source : communiqué de presse)

Horaire et accès

Tous les jeudis de 17h à 20h au centre-ville de Lausanne, à Pôle Sud, (centre socioculturel affilié à la Fondation pour l’animation socioculturelle lausannoise-FASL), Av. Jean-Jaques Mercier 3.

Inscription sur www.nightlifevaud.ch

L'affiche de la semaine

Dernier article

De bénéficiaires de l’aide sociale à bénévole
Lundi 28.11.2022
Par Anna Perrenoud
Une mesure de réinsertion vaudoise encourage les bénéficiaires de l’aide sociale à adhérer à des activités bénévoles. Pour ces personnes, ces engagements comportent de nombreux effets encourageant le rétablissement du lien social.