Go Top

Publication / « Panorama suisse des addictions en 2015 »

Mardi 17.02.2015

Panorama suisse des addictions en 2015

Addiction Suisse, Lausanne, février 2015

JPEG - 28.6 ko

La politique des addictions est traversée par de multiples incohérences et contradictions. La consommation d’alcool dans l’espace public est perçue comme un problème mais on libéralise davantage le marché de l’alcool. D’un côté on souhaite élargir l’offre des jeux d’argent sur internet et de l’autre se profile l’abandon des ressources pour la prévention du jeu excessif. Le soutien à la production du tabac reste égal aux moyens attribués à la prévention du tabagisme, et des restrictions plus conséquentes de la publicité, telles qu’elles existent ailleurs en Europe, se heurtent encore à une opposition vigoureuse dans notre pays.

Ces incohérences ne favorisent certainement pas la crédibilité de la politique des addictions en Suisse. Celle-ci semble plutôt être conduite sur la base de positions idéologiques figées et non pas sur la base des connaissances que l’on a de son impact sur les personnes concernées, leur entourage et la société. Il importe donc de revenir à une analyse de la situation en Suisse et sur les enjeux qui lui sont liés. C’est pour répondre à ce besoin qu’Addiction Suisse publie pour la première fois un dossier de presse annuel intitulé "Panorama Suisse des Addictions". Il comprend une analyse des développements dans les domaines de l’alcool, du tabac, des drogues illicites et des jeux d’argent en Suisse.

Les chapitres :

  • Moins d’alcool mais toujours beaucoup d’ivresses
  • Le tabac : la baisse est-elle finie ?
  • Drogues illicites : moins d’héroïne, plus d’ecstasy
  • Beaucoup de jeux, beaucoup de perdants
  • Accessibilité : désormais 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, partout
  • Certains comportements changent mais la plupart des dommages restent
  • Politique : le parlement face à une opportunité historique

En savoir plus en ligne

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?