Go Top

Valeur des formations sur le marché du travail

Vendredi 29.10.2021

Une étude mandatée par la Confédération a examiné la valeur des formations sur le marché du travail suisse et son évolution au fil du temps. Elle s’est également penchée plus particulièrement sur la formation professionnelle.

valeur formations marche travail 170

Les résultats d’une étude portant sur le marché du travail en Suisse montrent que le succès rencontré dans le milieu professionnel a évolué parallèlement pour différents diplômes, au cours des 20 à 25 dernières années. L’analyse, menée par la Haute école fédérale en formation professionnelle à Zollikofen pour le compte du Secrétariat d’Etat à l’économie, a permis de constater que la formation professionnelle de base reste déterminante sur le marché du travail suisse.

Sur la durée, les personnes possédant une formation professionnelle de base présentent des taux d’emploi plus élevés et un chômage moindre. En outre, la formation professionnelle de base préserve davantage contre les salaires bas par rapport à la formation générale. Pour atteindre les échelons supérieurs de la répartition salariale, suivre une formation de degré tertiaire est généralement une condition sine qua non.

Il apparaît enfin que les chances de trouver un emploi rémunéré associées à un titre de formation n’exercent qu’une influence limitée sur la satisfaction subjective d’une personne par rapport à sa situation professionnelle. Cela suggère que les indicateurs objectifs du marché de l’emploi tels que le risque de chômage ou le taux salarial n’autorisent aucune appréciation complète de la valeur individuelle des diplômes de formation.

Publiée en allemand, cette étude contient un résumé en français, en italien et en anglais.

(Source : SECO)

Lien vers le rapport de l’étude « La valeur des formations sur le marché du travail suisse »

 

L'affiche de la semaine

Dernier article

Aider la prise de décisions anticipées
Jeudi 02.12.2021
Par Anca-Cristina Sterie, Francesca Bosisio et Daniela Ritzenthaler
Une nouvelle démarche en Suisse romande permet d’aborder les questions liées aux soins futurs avant que la santé des patient·e·s ne se dégrade. Les défis sont à la fois éthiques et conversationnels.