Go Top

TV en ligne / « Personnes mentalement handicapées : quand l’économie privée intègre »

Jeudi 16.01.2014

Personnes mentalement handicapées : quand l’économie privée intègre

Documentaire, Cosmopolis, magazine de l’action sociale et de l’intégration, Canal9, première diffusion le 16 janvier 2014

JPEG - 29.2 ko

Ils ont une formation et ils exercent une activité professionnelle.
Ils ont dépassé les clivages entre économie et social.
Ils ont surtout réussi ensemble à éviter l’écueil de l’exclusion sociale et celle du marché du travail.

Ils, ce sont d’un côté les personnes en situation de handicap mental et de l’autre les patrons des institutions et des PME valaisannes. Ensemble ils ont démontré que l’économie privée pouvait intégrer des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.

Le Service de l’action sociale du Valais et la FOVAHM ont joué un rôle de pionnier. Depuis 2006, ils soutiennent l’intégration professionnelle totale ou partielle de ces collaborateurs et leur suivi personnalisé en entreprise. Le projet plate-forme propose des possibilités intéressantes d’insertion dans l’économie privée avec des taux d’activités adaptés aux potentiels de chacun, une formation initiale ou continue dans les structures de la Fondation.

Pari réussi puisque, en sept ans, ce sont une soixantaine de collaborateurs qui travaillent désormais dans des crèches, des hôpitaux, des magasins, des menuiseries ou des ateliers de mécanique de précision.

« Nous sommes des personnes en situation de handicap et nous travaillons comme vous. » Ou lorsque l’intégration professionnelle se diversifie et s’étoffe.

Réalisation : Canal9/Kanal9 - Fabien Gillioz (journaliste) - Julien Maillard (réalisateur). En partenariat avec le Département de la santé, des affaires sociales et de la culture (DSSC).

Page internet Cosmopolis

L'affiche de la semaine

Dernier article

Embauché·e·s mais pas inséré·e·s
Lundi 23.05.2022
Par Nicole Torsi et Nicolas Pons-Vignon
La réussite d’un programme d'insertion socioprofessionnelle pour les jeunes est souvent évaluée par la signature d’un contrat, non sur la durée d’une embauche. Ou quand les critères économiques et sociaux définissent différemment le «succès».