Go Top

Lecture / « Mère d’un enfant handicapé, pourquoi moi ? »

Lundi 13.01.2014

« Mère d’un enfant handicapé, pourquoi moi ? »

Chantal BRUNO, Editions érès, Collection Education spécialisée au quotidien, Paris, 2014

JPEG - 9.3 ko

Cet ouvrage, à la fois émouvant et dérangeant, donne à lire le parcours intérieur et social de mamans dont l’enfant est touché par une déficience.

Avoir un enfant qui a des déficiences est une expérience unique et oblige à des rencontres en tout genre : professionnels, pairs… Que peut-on, que doit-on en dire ? Des mères se dévoilent. Elles disent ce que ça fait de l’intérieur. Elles appellent la compréhension, le soutien, l’altérité, debout, dressées coûte que coûte dans le tumulte des déficiences de leur enfant. À partir d’une correspondance au long cours et d’histoires singulières en forme de vignettes, tramées de réflexions personnelles, l’auteure souhaite faire cheminer le lecteur. Le texte dépasse le simple témoignage, il est la reconstruction laborieuse, patiente, de chaque vie singulière dont la valeur est plurielle.

Chantal Bruno est psychosociologue, formatrice à l’Institut du travail social d’Aquitaine (Talence) et à APF (Association des paralysés de France). Elle a été infirmière en mission humanitaire au Liban et en Afghanistan en 1983 et 1984 pour Aide médicale internationale. Elle représente l’APF à la présidence de Coface-Handicap (Europe) et au Collectif inter-associatif de l’aide aux aidants familiaux (CIAAF). Elle a publié Garçon manqué (Desclée du Brouwer, 2002), Enfance gommée (Desclée du Brouwer, 2003, prix Handi-livres 2008). Elle est mère de trois enfants, dont l’aîné a une infirmité motrice cérébrale après une souffrance fœtale aiguë au moment de l’accouchement.

Site internet des Editions érès

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le prix de l’adaptation imposée par le cancer
Jeudi 14.11.2019
Par Nicolas Sperisen et Alexandra Balz
Après les traitements initiaux contre un cancer, la personne concernée et les proches s’adaptent peu à peu pour retrouver une certaine qualité de vie. Ces ajustements imposés sont souvent ardus et coûteux. Comment imaginer un meilleur soutien ?