Go Top

Du tricot en ville pour rendre le handicap visible

Vendredi 25.06.2021

A Lausanne et à Monthey, des éléments urbains ont été recouverts de pièces tricotées par des personnes en situation de handicap visuel et auditif. Cette action inclusive vise à attirer l’attention sur la surdicécité, dont la Journée internationale est le 27 juin.

Vieux Pont Monthey 400© croc

A Monthey, le Vieux Pont s’est paré de tricots de couleurs vives. A Lausanne, des arbres et lampadaires du quartier d’Ouchy ont été recouverts de pièces colorées. Comme cinq autres villes en Suisse, ces deux lieux romands participent à l’action « A travers les mailles ».

Cette exposition d’art urbain, à ciel ouvert, se veut action inclusive en faveur des personnes malvoyantes atteintes de surdité. Elle ambitionne d’attirer l’attention du public sur ce double handicap, en plus de la Journée internationale de la surdicécité qui se déroule chaque année le 27 juin. « A cause de leur handicap, les personnes sourdaveugles sont confrontées à de très nombreuses barrières pour participer à la vie et à la société », détaille le site internet créé pour marquer cette journée annuelle. « Les personnes atteintes d’un handicap sensoriel cumulé peuvent être de la partie lorsqu’elles bénéficient d’un soutien qualifié approprié », est-il encore mentionné.

Ainsi, les tricots qui recouvrent les éléments urbains ont été confectionnés de concert par des créateurs et créatrices sans handicap, accompagné·e·s de cinquante tricoteur·se·s atteintes de surdicécité.

L’exposition est visible jusqu’au 5 juillet à Monthey et jusqu’au 31 août à Lausanne. En Suisse alémanique, les villes de Berne, Zurich, St-Gall, Langnau, ainsi que Bellinzone, au Tessin, participent également à l’action « A travers les mailles ».

(croc)

Lien vers le site de l’action « A travers les mailles »

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

D’usager·e à expert·e: le travail social en mutation
Lundi 26.07.2021
Par Stéphane Rullac
La dichotomie « savant·e vs profane » est-elle révolue ? Les expertises d’usage et usagère représentent un nouveau type de savoir à intégrer aux délibérations professionnelles et scientifiques du travail social.