Go Top

L'OMS lance une campagne mondiale contre l’âgisme

Mardi 30.03.2021

Pour améliorer la santé, accroître les opportunités et permettre à chacun·e de s’épanouir tout au long de sa vie, l'OMS s'engage dans une lutte mondiale contre l'âgisme. Afin de « créer ensemble un monde pour tous les âges ».

Rapport agisme

« L’âgisme nuit à notre santé et à notre bien-être et constitue un obstacle majeur à l’adoption de politiques et de mesures efficaces pour un vieillissement en bonne santé. » Face à ce constat, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé en ce mois de mars 2021 une campagne mondiale contre l’âgisme. Celle-ci s’inscrit dans le cadre de la Décennie pour le vieillissement en bonne santé 2021-2030, qui prévoit la mise en place de partenariats multisectoriels et multipartites. Le but est de créer les conditions favorables à la compréhension et à l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées, comme à la valorisation de leur rôle dans la société.

Dans son rapport de 173 pages, actuellement disponible uniquement en anglais, l’institution fournit un cadre d'action pour réduire l'âgisme et émet des recommandations spécifiques pour les gouvernements, les organisations de la société civile ou du secteur privé. Le document rassemble les preuves disponibles sur la nature et l'ampleur du phénomène, ses déterminants et son impact. Il décrit les stratégies efficaces pour le prévenir et le contrer, identifie les lacunes et propose de futures pistes de recherche pour améliorer la compréhension de ce sujet.

Selon l’OMS, « l’âgisme prend différentes formes au cours de la vie. Un adolescent peut, par exemple, subir des moqueries pour avoir lancé un mouvement politique ; des personnes plus âgées ou plus jeunes peuvent se voir refuser un emploi en raison de leur âge ; ou une personne plus âgée peut être accusée de sorcellerie et chassée de sa maison et de son village. »

Le rapport est accompagné d’un guide de 21 pages intitulé « Lancer un dialogue sur l’âgisme ». Disponible en français, en anglais et en espagnol, il contient de nombreux thèmes et questions vouées à encourager les un·e·s et les autres à s’exprimer et à s’écouter à ce sujet. « Un dialogue ouvert et continu peut nous aider à reconnaître les idées reçues et les stéréotypes que nous avons tous intériorisés tout au long de notre vie, à reconnaître l’âgisme lorsque nous le rencontrons et à comprendre que l’élimination de la discrimination exige une action collective », estime l’OMS. Elle précise également que « remettre en cause les idées reçues et les attitudes est le premier pas vers l’épanouissement à tout âge et vers l’exploitation du potentiel de tous les membres d’une communauté. Le dialogue encourage en outre le genre de transformations personnelles et politiques nécessaires pour construire un monde où tous les âges ont leur place. » Les posts des réseaux sociaux liés à cette campagne peuvent utiliser le hashtag #AWorld4AllAges.

Le résumé contient des précisions sur les caractéristiques et les déterminants liés à l’âgisme. Il en précise l’ampleur, l’impact, donne des stratégies pour le réduire et des recommandations relatives aux mesures à prendre.

En Suisse, la Fédération des Associations des retraités et de l'entraide Suisse, la FARES, se réjouit de cette campagne, comme le mentionne sont président Bea Heim: « Nous devons lutter ensemble contre la discrimination fondée sur l’âge en devenant un mouvement, un mouvement qui transcende les générations. »

Lien vers la page de la campagne mondiale et l’ensemble des documents.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

D’usager·e à expert·e: le travail social en mutation
Lundi 26.07.2021
Par Stéphane Rullac
La dichotomie « savant·e vs profane » est-elle révolue ? Les expertises d’usage et usagère représentent un nouveau type de savoir à intégrer aux délibérations professionnelles et scientifiques du travail social.