Go Top

Publication / « Les ficelles du budget », kit pédagogique des CSP

Mercredi 20.03.2013

« Les ficelles du budget »

Kit pédagogique des Centres sociaux protestants pour les 16-25 ans. 2013

JPEG - 7.2 ko

Les Centres sociaux protestants (CSP) constatent que le phénomène du surendettement touche fortement les jeunes : 80% des personnes qui consultent un service d’assainissement de dettes ont contracté leur première dette avant 25 ans.

Pour prévenir ces situations, les professionnels des CSP interviennent dans les écoles professionnelles, les gymnases et les écoles de commerce, où ils animent régulièrement des ateliers sur les thèmes de l’argent et du budget. Car les jeunes connaissent mal le coût de la vie. Ils méconnaissent souvent le budget familial et surévaluent fortement les salaires par rapport à la réalité. Les actions du CSP visent à les faire réfléchir sur leur propre rapport à l’argent, à les sensibiliser à la consommation, à la gestion d’un budget et à aborder les conséquences d’un endettement. Ces démarches s’inscrivent dans un climat non moralisateur et avec des supports pédagogiques leur permettant d’interagir. Des outils sont également proposés aux enseignant-e-s qui traitent cette matière dans le cadre de leur programme régulier.

Ces compétences et connaissances acquises au fil de quinze ans de travail sur le terrain ont été réunies pour réaliser la mallette pédagogique « Les ficelles du budget ». Elle regroupe les outils pédagogiques expérimentés dans chaque canton et enrichis de quelques exercices ayant fait leurs preuves en matière de prévention en Belgique. Ce nouvel outil de travail, destiné aux professionnels travaillant dans les projets menés par le CSP, est facilement modulable et adaptable en fonction des spécificités du public concerné.

En savoir plus en ligne sur le site du CSP Neuchâtel

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

«Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer»
Lundi 27.01.2020
Par Jean-Pierre Tabin
En France, une commentatrice a récemment créé la polémique en rendant une mère responsable de sa précarité. Cette logique a des racines profondes… qui perdurent aujourd’hui. Y compris en Suisse.