Go Top

Un lieu d’accueil pour femmes et enfants primé à Sion

Mercredi 16.12.2020

Depuis 2018 à Sion, La Maisonnée accueille des femmes seules avec enfants en difficulté financière, psychique et sociale. L’activité de cette association a été récompensée par le Prix 2020 de la Fondation Pralong.

La Maisonnee Sion

En 2019, La Maisonnée a offert 987 nuitées «maman» et 927 nuitées «enfant». La crise sanitaire de 2020 fera encore grimper ces chiffres. L’Association travaille en réseau et collabore avec les centres médico-sociaux, les Offices pour la protection de l’enfant, mais aussi les autres institutions actives dans le domaine, telles que Le Baluchon, Le Berceau, Chez Paou, SOS Futures mères, etc.

Co-dirigée par Aude Gygax et Anne-Marie Roduit Thétaz, professionnelles du domaine socio-éducatif, l’association accueille en permanence quatre ou cinq familles qui bénéficient d’un encadrement socio-pédagogique. La Maisonnée leur permet dans un premier temps de prendre conscience de leur identité et de leur situation, puis d’acquérir de nouvelles compétences personnelles, familiales, sociales et professionnelles qui les amèneront à la plus grande autonomie possible, pour elles et leurs enfants.

Si l’association est ecclésiale et d’identité chrétienne, le séjour à La Maisonnée n’est lié à aucune condition d’appartenance ou de pratique religieuse. L’association est soutenue financièrement par des fondations privées et des dons. Le prix de 10'000 francs remis en décembre 2020 par Jean Zermatten, président de la Fondation Pralong, à Joëlle Carron, présidente du Comité de l’association, permettra de consolider la structure et peut-être d’étendre les prestations aux femmes mineures.

Les prix précédents octroyés par la Fondation Pralong:

  • 2014 SOS Enfants de chez nous
  • 2016 La Maison de Terre des hommes Valais
  • 2018 Patouch


En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Ecrire son mal-être pour sortir de sa bulle
Lundi 12.04.2021
Par Natasha Gautier, Anne Edan et Ludovic Bornand
Coucher sa détresse sur le papier puis lire son texte à voix haute, en groupe, peut aider les adolescent·e·s aux idées suicidaires à contrer leur sentiment de solitude. Deux participantes à l’atelier d’écriture de MALATAVIE se livrent.