Go Top

La Farce, première épicerie gratuite pour étudiant·e·s

Jeudi 29.10.2020

Epicerie gratuite la farce
La première épicerie gratuite pour étudiant·e·s est ouverte. Elle a été imaginée par deux étudiantes de la Haute école de travail social de Genève dans le cadre d’un module libre.

L’épicerie est destinée aux étudiant·e·s de la HES-SO Genève et de l’UNIGE sur présentation de la carte étudiante, moyennant une inscription préalable en ligne et une cotisation annuelle de 20 francs. Dans un premier temps, l’épicerie ouvre uniquement les jeudis soirs, de 17h à 19h, dans les locaux de la HETS.

L’épicerie est tenue par des épiciers et épicières étudiant·e·s bénévoles qui gèrent l'installation, les ramassages, l'accueil et la distribution des denrées. En raison du coronavirus, celle-ci se fera initialement dans des cabas prêts à l’emporter. Les ramassages de denrées alimentaires, auprès des différents partenaires, se feront la veille ou le jour même en vélo cargo électrique.

D’après une étude de l’Office fédéral de la statistique, un·e étudiant·e sur deux aurait des difficultés financières et 75% devraient travailler à côté de leurs études. La FARCE a imaginé cette épicerie gratuite afin de venir en aide aux étudiant·e·s en difficulté et d’agir contre la précarité estudiantine. Ce projet répond également à un besoin bien présent à Genève puisque, lors d’un sondage réalisé par les deux initiatrices auprès de 400 étudiant·e·s, 84,9% des étudiant·e·s disent qu’ils auraient recours à une épicerie solidaire si celle-ci existait.

Ce projet répond à trois objectifs principaux : agir contre la précarité étudiante, créer de la solidarité entre étudiant·e·s et favoriser le lien social, sensibiliser contre le gaspillage alimentaire. Il est un des lauréats du programme U-Change.

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Quand la santé et l’action sociale s’allient
Lundi 23.11.2020
Par Anita Mehr
Au lieu d’attendre que les patient·e·s demandent une prestation sociale, un centre de santé à Genève a pris le parti inverse. Les médecins prennent l’initiative et collaborent avec le service social pour assurer le suivi global.