Go Top

Publication / Maltraitance infantile dans le canton de Vaud

Mercredi 29.08.2012

Représentations et pratiques des pédiatres face à la maltraitance infantile dans le canton de Vaud

Savioz, F., Brioschi, N., Roulet Schwab, D., Knüsel, R. (2012). Paediatrica, 23(3), p. 14-15.

Cet article scientifique donne un résumé de la recherche intitulée « Maltraitance infantile et coordination : Regards croisés d’acteurs professionnels et institutionnels confrontés au processus préalable au signalement ».

La maltraitance infantile est un problème de santé publique qui se situe à l’intersection de différents champs : médical, social, juridique et psychologique. Depuis 2004, le canton de Vaud s’est doté d’une nouvelle loi sur la protection des mineurs. Elle stipule que tout professionnel en relation avec des mineurs qui a connaissance de la situation d’un enfant en danger dans son développement est tenu de procéder à un signalement (LProMin, art. 26).

Cette recherche a exploré les représentations et les pratiques de quelques-uns des professionnels, placés en première ligne lors de détections de maltraitances. Elle fait suite au colloque sur le signalement qu’a organisé l’OME il y a quelques années. Son objectif est de mieux comprendre les différentes logiques à l’œuvre dans le processus préalable au signalement mais aussi les difficultés, les ressources des professionnels et, partant, tenter de stimuler le développement de collaborations interdisciplinaires opportunes.

Elle a été réalisée par la Haute Ecole de la Santé – La Source (HEdS – La Source) en collaboration avec l’Observatoire de la Maltraitance envers les Enfants (OME), et a bénéficié de l’accompagnement d’un groupe-ressource constitué d’experts du milieu de la santé et de l’éducation.

Informations en ligne

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?