Go Top

Livre «Co-construire l’autodétermination au quotidien»

Vendredi 04.09.2020

Pour les bénéficiaires de l’intervention sociale, l’autodétermination est souvent présentée comme un objectif à atteindre. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine socio-éducatif concernant les personnes présentant une déficience intellectuelle (DI). Mais qu’entend-on par autodétermination ? Qui la souhaite et dans quel but ? Par quels moyens les personnes concernées peuvent-elles y parvenir ?

Co construire autodetermination

Les auteures de Co-construire l’autodétermination au quotidien mettent en lumière la primauté de la relation socio-pédagogique entre les personnes accompagnées et les professionnel·le·s dans le démarrage de ce processus. Basé sur une recherche participative, l’ouvrage souligne la nécessité d’ancrer le concept d’autodétermination dans un quotidien partagé, pragmatique et dynamique, dans lequel la relation socio-pédagogique constitue un moteur. Quatre grands thèmes en lien avec le déploiement de l’autodétermination sont abordés : la co-construction des représentations et les définitions, l’autodétermination dans la vie quotidienne, les obstacles et ressources et finalement les caractéristiques de la relation d’accompagnement.

La méthodologie mise en œuvre au cours de la recherche permet de développer des stratégies pour la promotion de l’autodétermination des personnes ayant une DI. Les auteures fournissent des clés pour que cette démarche soit aisément répliquée et adaptée dans d’autres contextes d’intervention sociale.

Livre «Co-construire l’autodétermination au quotidien. Vers un partenariat entre professionnel·le·s et personnes avec une déficience intellectuelle», Annick Cudré-Mauroux , Geneviève Piérart , Carla Vaucher, Genève : Editions ies, août 2020, 176 pages.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le climat redessine le rôle du travail social
Jeudi 17.09.2020
Par Alexandre Santos Mella, Marion Repetti et Lucie Kniel-Fux
Les changements climatiques et les dégâts environnementaux provoquent de nouvelles inégalités sociales. Comment intégrer ces composantes dans les interventions professionnelles pour viser un «travail social écologique»?