Go Top

Un magazine tout neuf pour la gérontologie en Suisse

Mardi 12.05.2020

L’association Gerontologie CH n’a pas seulement changé de nom (anciennement Société suisse de gérontologie). Elle a aussi changé la forme et le fond de son journal.

Gerontologie 1 2020

La présidente Delphine Roulet Schwab précise le nouveau positionnement : «Plus proche de
 la pratique, encore plus interdisciplinaire et réellement bilingue.» Elle souhaite que le magazine constitue un véritable pont entre la pratique et la recherche et qu’il favorise les échanges d’expériences au niveau national.

Dans ce premier exemplaire de «Gerontologie CH», l’article principal est consacré aux «Nouvelles Cendrillons de l’Est». Il décrit le quotidien des aides-soignantes, avec d’interminables journées de travail, des bas salaires et des nuits agitées sur un coin de canapé. Diverses pistes pour améliorer leurs conditions de travail sont évoquées.

Ce numéro présente aussi la pauvreté d’une partie des personnes âgées, avec un témoignage et les enjeux politiques qui en résultent. Il fait aussi le point sur deux projets pilotes de colocation avec une démence menés en Suisse romande. Quant aux retraités, ils répondent aux questions sur leur mode d’habitation préféré et sur leurs aspirations en matière de logement.

«Gerontologie CH». Parution trois fois par année. Tirage: 1600 exemplaires. Le prix 
de vente est compris dans la cotisation de membre à l’association. Des abonnements à l’année de même que des numéros individuels peuvent être commandés auprès de l’éditeur. Contact:

Exceptionnellement, pendant la crise sanitaire, le magazine est disponible gratuitement en ligne.

Gerontologie CH – N°1-2020 en format pdf

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Parents sous pression pour devenir parfaits
Lundi 19.10.2020
Par Gaëlle Venard, Stijn Van Petegem et Vanessa Pina Brito
De nos jours, la parentalité est accompagnée de nombreux conseils et injonctions afin que l’enfant se développe de façon optimale. Toutefois, tant pour les pères, les mères que les enfants, le mieux ne serait-il pas l’ennemi du bien ?