Go Top

Les atouts de Papyrus pour régulariser les migrant·e·s

Lundi 24.02.2020

Papyrus 2020

Les associations et syndicats membres du Collectif de soutien aux sans-papiers de Genève tirent un bilan très positif de l’opération Papyrus menée en 2017 et 2018.

Ce projet pilote a permis de régulariser 2390 personnes sans statut légal vivant et travaillant depuis de nombreuses années à Genève. S’appuyant sur un dispositif de permanences mises sur pied spécifiquement pour l’opération, les associations et syndicats ont assuré plus de 2230 heures d’informations et de conseils professionnels, confidentiels et gratuits aux personnes directement concernées par cette opération.

Les personnes régularisées dans le cadre de l’opération Papyrus peuvent désormais construire leur avenir à Genève sereinement, en bénéficiant de leurs droits et en s’acquittant de leurs devoirs comme tous les autres résidents de ce canton. Avec l’obtention d’un permis, elles peuvent entamer des formations, sortir des situations d’exploitation au travail et trouver des emplois plus stables, conclure un bail à leur nom et éviter ainsi les sous-locations précaires et les loyers prohibitifs, ou encore défendre leurs droits lorsqu’elles sont victimes d’un délit sans craindre d’être dénoncées et expulsées.

Les associations et syndicats estiment qu’il est nécessaire de maintenir une telle procédure afin de tenir compte de cette réalité et de permettre aux personnes concernées de régulariser leur situation. Ils espèrent que l’expérience menée à Genève donne confiance à d’autres cantons, pour que les personnes qui y vivent dans une situation similaire puissent également sortir de la clandestinité.


Communiqué

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La nourriture et les circuits de la récompense
Lundi 06.04.2020
Par Dayana Jaramillo Loaiza et Zoltan Pataky
Face à un aliment sucré ou riche en graisse, les circuits de la récompense s’activent dans notre cerveau. Les études basées sur les imageries fonctionnelles montrent que les personnes obèses et non-obèses ne réagissent pas de la même façon.