Go Top

Enquête sur les familles et les générations

Mardi 12.11.2019

L’Office fédéral de la statistique vient de publier les premiers résultats de l’enquête sur les familles. Un tiers des femmes diplômées n’ont pas d’enfant et, à la naissance du premier enfant, plus de deux tiers des femmes craignent des conséquences négatives sur leur carrière.

OFS Familles
Nombre d’enfants.
Plus de 60% des femmes et des hommes de 20 à 29 ans qui n’ont pas d’enfant souhaitent en avoir deux. Seuls 9% ne veulent pas d’enfant et 4% n’en veulent qu’un. Bon nombre de femmes et d’hommes ont toutefois moins d’enfants qu’ils le souhaitaient initialement.

Femmes diplômées. Les femmes titulaires d’un diplôme du degré tertiaire sont celles qui restent le plus souvent sans enfant (30%). Les difficultés à concilier enfants et carrière peuvent constituer une des raisons pour lesquelles elles ne réalisent pas leur désir d’enfant. Les trois quarts d’entre elles craignent que la maternité ait des conséquences négatives sur leurs perspectives professionnelles. Cette part est nettement plus basse chez les femmes dont le niveau de formation est inférieur (62%) ainsi que chez les hommes en général (diplômés du degré tertiaire: 37%; diplômés du degré secondaire II/école obligatoire: 30%).

Couples. Plus de trois quarts des femmes et des hommes de 18 à 80 ans sont en couple. La grande majorité habite avec son ou sa partenaire. Le mariage est toujours très répandu: plus de 90% des couples ayant des enfants en commun sont mariés. La manière dont les couples se rencontrent a changé avec le développement d’Internet. Si la majorité des couples font toujours connaissance dans leur cercle d’amis, à l’école, au travail ou lors d’une sortie, un cinquième des couples qui se sont formés au cours des cinq dernières années se sont rencontrés via Internet.

Accueil extrafamilial. En Suisse, plus des deux tiers des ménages ayant des enfants de moins de 13 ans recourent à l’accueil extrafamilial. Ils sollicitent le plus souvent leur entourage, notamment les grands-parents ou d’autres membres de la parenté, des voisins ou des amis (42% des ménages). Les familles ont aussi souvent recours à une crèche ou à une structure d'accueil parascolaire (37% des ménages).

Les régions linguistiques. Les crèches et les structures d’accueil parascolaire sont les plus sollicitées en Suisse romande : près de la moitié des familles y font appel. C’est le cas d’à peine un tiers des familles en Suisse alémanique et un quart au Tessin.

Les différences ville-campagne. La prise en charge extrafamiliale des enfants varie aussi considérablement selon le type de commune. Dans les grandes villes, plus de 60% des parents font appel à une crèche ou à un accueil parascolaire, contre 37% dans les autres communes urbaines et 24% dans les communes rurales.

Tâches domestiques et familiales. Dans plus des deux tiers des ménages avec enfants, la mère effectue la majeure partie des tâches domestiques. Ces tâches sont assumées principalement par le père dans seulement 5% de ces ménages. Dans le quart restant, elles sont partagées entre les deux parents. La part des familles dans lesquelles ces tâches sont effectuées principalement par la mère a passé de 74% à 69%. Les mères assument également la principale responsabilité des soins aux enfants. Dans les trois quarts des ménages, ce sont aussi avant tout elles qui restent à la maison quand les enfants sont malades.

Représentations sociales. L’attitude de la population par rapport à l'activité professionnelle des mères ayant des enfants en âge préscolaire a beaucoup changé depuis les années 1990. En 1994/95, plus de 60% des hommes estimaient qu'un enfant souffre quand sa mère exerce une activité professionnelle; ils n'étaient plus que 44% à être dans ce cas en 2013 et 36% en 2018. La part des femmes qui approuvent cette affirmation est passée de 49% en 1994/95 à un tiers en 2013 et à environ un quart (27%) en 2018. Aujourd'hui comme hier, les hommes sont donc plus sceptiques que les femmes à l'égard de l'activité professionnelle des mères d'enfants en bas âge.

Synthèse de l’enquête, 32 pages en format pdf

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La douleur chez la personne âgée
Jeudi 12.12.2019
Par Carla Gomes da Rocha
Elle est souvent mal évaluée et insuffisamment traitée. La douleur n’est pourtant pas une fatalité de l’âge ! Une évaluation globale et un plan de soins coordonnés par l’infirmière peut améliorer tant l’état de santé que l’autonomie de la personne.