Go Top

La formation professionnelle supérieure: tremplin hiérarchique

Mardi 29.10.2019

Environ une personne sur six ayant achevé une formation professionnelle supérieure accède à une fonction dirigeante. C’est ce qui ressort des résultats de la première enquête sur ce sujet réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Formation prof sup
Une comparaison de la situation des personnes ayant suivi une formation professionnelle supérieure avant le début de cette formation et une année après l’obtention de leur titre révèle une hausse considérable de la proportion de personnes qui occupent une fonction dirigeante: chez les personnes qui ont décroché un diplôme d’une école supérieure (ES) en 2016, la part des cadres est passée de 14 à 33%; parmi les personnes ayant passé un examen fédéral la même année, elle est passée de 29 à 44% (pour les titulaires d’un brevet fédéral) et de 48 à 63% (pour les titulaires d’un diplôme fédéral).

Inégalités. Parmi les personnes diplômées de la formation professionnelle supérieure, les femmes occupent une fonction dirigeante moins souvent que les hommes, aussi bien avant qu’après la formation. Chez les personnes ayant acquis un diplôme fédéral, la moitié des hommes détenaient déjà un poste de cadre avant d’entamer une formation professionnelle supérieure, alors que seul un tiers des femmes étaient dans cette situation. Une année après la formation, la proportion atteignait environ deux tiers chez les hommes et demeurait inférieure à la moitié chez les femmes.

Indépendantes. Des écarts entre les sexes apparaissent également dans l’exercice d’une activité indépendante: les femmes titulaires d’un diplôme fédéral travaillent nettement plus souvent à leur compte (21%) que leurs collègues masculins (10%).

Accéder à l’étude de 80 pages

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le prix de l’adaptation imposée par le cancer
Jeudi 14.11.2019
Par Nicolas Sperisen et Alexandra Balz
Après les traitements initiaux contre un cancer, la personne concernée et les proches s’adaptent peu à peu pour retrouver une certaine qualité de vie. Ces ajustements imposés sont souvent ardus et coûteux. Comment imaginer un meilleur soutien ?