Go Top

L’Association DIS NO se fait connaître

Mardi 28.05.2019

En 2018, soixante-cinq personnes ont contacté DIS NO, association d’aide pour les personnes préoccupées par des fantasmes sexuels envers des enfants.

Dis NO 2019Diverses démarches ont été menées durant l’année 2018 afin de faire connaître DIS NO et sa démarche de prévention: des présentations auprès de professionnel.le.s d’associations ou d’institutions (Fedpol, Unige, Sapec), le lancement d’une page Facebook (l’association est désormais aussi sur LinkedIn), la diffusion d’information auprès de professionnel.le.s et du grand public (annonces dans différents journaux et article dans Le Matin Dimanche), ou encore des actions de sensibilisation (panneaux LED à la Gare d’Aigle, publicité dans neuf salles de cinéma, envoi de dépliants).

Le nombre de situations traitées est comparable à celui de 2017, bien qu’en léger recul (85 à 65). Ceci peut s’expliquer par le fait qu’en 2018 aucune campagne d’audience n’a été effectuée. Une partie de la baisse (-8 personnes) concerne les appelants ayant des demandes hors cadre, qui ont été réorientées vers d’autres services ou associations. Le nombre de situations suivies dans le groupe cible et dans l’entourage est resté plutôt stable (de 40 à 34).


Lire aussi : «Attirances pédosexuelles : où est la ligne blanche ?», Lisa Ancona et François Boillat, REISO, Revue d’information sociale, mis en ligne le 17.11.2014.


DIS NO

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Enfants maltraités : le temps de l’action
Jeudi 12.09.2019
Par Pauline Meireles et Pascal Roman
Une enquête a dressé l’état des lieux de la maltraitance des enfants en Suisse. Plus de 30'000 enfants sont concernés. L’étude a aussi dessiné des pistes d’action, notamment auprès des éducatrices de la petite enfance et des enseignants.