Go Top

Pour une réinsertion professionnelle du personnel soignant

Mardi 02.04.2019

Afin de contrer la pénurie de personnel soignant en Valais, Le Département de l’économie et de la formation épaule la Haute Ecole de Santé de la HES-SO Valais-Wallis avec des formations continues.

FC Infirmieres VSLes infirmières et infirmiers qui n’exercent plus ont désormais la possibilité de suivre des cours de réinsertion professionnelle d’une durée de quinze jours non consécutifs afin de leur permettre de reprendre une activité. «Nous nous réjouissons d’offrir à des personnes ayant interrompu leur activité professionnelle, généralement pour des raisons familiales, la possibilité de la reprendre. Ces cours sont nécessaires dans un environnement aussi évolutif que celui de la santé. Ils permettent un retour à la vie professionnelle et donnent de l’assurance, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de carrière pour de nombreuses femmes» explique Anne Jacquier-Delaloye, directrice de la Haute Ecole de Santé.

En Suisse, un tiers de la main d’œuvre qualifiée dans le domaine des soins, âgée de plus de 35 ans, et près de 50 pourcent de celle âgée de plus de 50 ans, ne travaillent plus dans le secteur de sa formation initiale. Les soins aux personnes âgées sont particulièrement concernés par cette pénurie. Le soutien cantonal est assuré, dans les deux régions linguistiques, par une contribution forfaitaire du Service des hautes écoles pour chaque participant aux cours. La Confédération garantit un financement paritaire.

Les cours de réinsertion professionnelle, organisés en collaboration avec l’Association suisse des infirmières et infirmiers, section Valais, sont planifiés dès septembre 2019 sur les sites de Sion et de Viège, à suivre sur cette page internet. En cas de demande suffisante, l’offre sera reconduite, les possibilités de soutien fédéral courant jusqu’en 2022. Source: Haute Ecole de Santé de la HES-SO Valais-Wallis

 

Flyer sur la nouvelle formation

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?