Go Top

L'association IdéeSport fait bouger la Suisse romande

Vendredi 28.12.2018

c mini move

En 2018, IdéeSport a été actif dans 188 villes et communes des trois régions linguistiques et a organisé environ 3’200 évènements. Ces actions concernent avant tout la promotion de la santé, la prévention des addictions et l’intégration sociale des enfants, des jeunes et de leurs parents.

Parmi les activités organisées, le programme MidnightSports s’adresse aux adolescent·e·s de 13 à 17 ans et se déroule le samedi soir. Cette saison, trois nouveaux projets MidnightSports ont vu le jour en Suisse romande à Crans-Montana (VS), au Gibloux (FR) et prochainement dans le Val d’Illiez (VS).

Le programme OpenSunday concerne les enfants de l’école primaire et se déroule le dimanche après-midi. Cet hiver 2018-2019, deux nouveaux projets ont aussi été mis sur pied en terre romande à Ecublens (VD) et bientôt à Sion (VS). Afin d'intégrer les enfants en situation de handicap, une collaboration avec Procap a été mise sur pied. Une première expérience concluante a été menée à l’OpenSunday à Pully, avec le soutien de l’Association suisse des paraplégiques. Grâce au handibasket et diverses activités mobilisant les sens, des enfants avec et sans handicap se sont retrouvés pour jouer tous ensemble. Cette expérience sera reproduite le 10 février 2019 à Pully. Avec un objectif de développement sur les cinq prochaines années, ce concept d'intégration devrait être élargi à l’échelle nationale dans tous les autres sites OpenSunday.

Le programme le plus récent s’appelle MiniMove et s’adresse aux familles avec des enfants en bas âge, notamment aux familles défavorisées. L'association a bon espoir d'inaugurer un premier projet romand au printemps. Sur ce thème, lire l'article «Petite enfance: l’égalité des chances par le sport» de Tess Rosset.

En savoir plus

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

«Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer»
Lundi 27.01.2020
Par Jean-Pierre Tabin
En France, une commentatrice a récemment créé la polémique en rendant une mère responsable de sa précarité. Cette logique a des racines profondes… qui perdurent aujourd’hui. Y compris en Suisse.