Go Top

«L'adolescence, un passage», de Pascal Roman

Mardi 11.12.2018
  • «L'adolescence, un passage. Guide à destination des parents et des professionnel·le·s»
  • De Pascal Roman, Lausanne : Editions Antipodes, 2018, 261 pages.

Pascal Roman adolescence
Ce livre a été écrit en pensant aux parents d’adolescent·e·s, mais il est destiné plus largement aux adultes qui les rencontrent: éducateurs, enseignants, formateurs… Il parle de l’adolescence d’un point de vue psychologique orienté par la psychanalyse. L’adolescence, celle que nous rencontrons avec les adolescents avec lesquels nous sommes en lien mais aussi, et de manière indissociable, celle que nous avons vécue.

Ce livre se propose comme une boussole pour aborder les différentes problématiques que l’on peut rencontrer à l’adolescence, présentées sous la forme d’un abécédaire. Chaque article apporte un regard sur les processus qui traversent l’adolescence, sur les points de difficulté et sur les ressources ; en contrepoint, un fragment de texte littéraire ou clinique offre un pas de côté pour une compréhension sensible des manifestations adolescentes.

L’adolescence est abordée dans une conception dynamique, hors de toute vision pathologisante. L’adolescence représente un passage dans la vie de tout individu, un moment paradoxal de fragilisation et de relance, de possible désorganisation mais aussi d’espoir. C’est dans cet esprit que le parcours de ce livre propose un cheminement en terre d’adolescence, en tentant d’ouvrir des pistes pour penser les phénomènes, davantage qu’en proposant des réponses définitives.

Un répertoire d’adresses, dans les principaux pays francophones, complète ce livre et en fait un guide précieux pour les adultes qui s’interrogent.

Antipodes

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Ecrire son mal-être pour sortir de sa bulle
Lundi 12.04.2021
Par Natasha Gautier, Anne Edan et Ludovic Bornand
Coucher sa détresse sur le papier puis lire son texte à voix haute, en groupe, peut aider les adolescent·e·s aux idées suicidaires à contrer leur sentiment de solitude. Deux participantes à l’atelier d’écriture de MALATAVIE se livrent.