Go Top

Serge Tisseron : «Le robot doit rester un outil comme un autre»

Mercredi 10.10.2018

Opinion de Serge Tisseron sur les robots dans Le Temps du 9 octobre 2018.

Le Temps Serge Tisseron


Ce commentaire du célèbre psychiatre français présente les leurres des robots «humanisés» dans nos sociétés déshumanisées.

«Les robots sont partout présentés comme les meilleurs amis de l’homme», écrit Serge Tisseron dans ce commentaire. Il précise que «ces machines sont capables de simuler une relation humaine avec des émotions artificielles» et qu’elles présentent des risques.

  • Le premier de ces risques serait que l’apparente «autonomie» de ces machines nous fasse oublier qu’il y a un programmeur derrière chacune d’entre elles. La confiance que nous leur porterons nous incitera à leur confier toujours plus d’informations qui seront gérées par des entreprises dont le seul but est souvent le profit des actionnaires. Comme l’a montré le scandale de Cambridge Analytica. Et l’auteur de demander si il faut percevoir le robot comme une image souhaitable de l’humain, et d’attendre des hommes les mêmes attitudes !
  • Le second risque est d’appauvrir notre monde intérieur sans même nous en rendre compte. Ces machines auront des mimiques simplifiées, et elles nous inciteront à faire de même.
  • Un troisième risque sera de croire qu’un robot pourrait vraiment avoir des émotions, et donc souffrir. Cela pourrait amener son utilisateur à risquer sa propre vie pour lui éviter des dommages, alors qu’une pièce de robot peut facilement être changée.
  • Quant au quatrième risque, c’est celui de préférer des robots prévisibles à des humains imprévisibles.

L’auteur conclut son commentaire sur le principe que les robots ne doivent remplacer les humains que pour certaines tâches répétitives bien identifiées.


Lire le commentaire

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?