Go Top

Souscription : «Une école de son temps» de Didier Cattin

Mardi 23.10.2018

Genève, Editions IES, 256 pages. Date de parution : janvier 2019

D Cattin

1918, fin de l’effroyable Grande Guerre, profits colossaux d’un côté, famine de l’autre, puissante épidémie de grippe espagnole, grève générale, etc., c’est dans un contexte mouvementé et une Suisse divisée que l'Ecole d’études sociales de Genève – l’une des premières de notre pays – voit le jour.

Ce récit séculaire traverse notamment des questions importantes pour la vie sociale de notre région et au-delà : l’influence de la bourgeoisie protestante et du mouvement féministe dans l’établissement d’une nouvelle formation professionnalisante proposée d’abord aux seules femmes ; la diversification et mue de l’offre en fonction de l’évolution de la réalité sociale et des sciences humaines (sociologie, psychologie, économie politique, etc.) ; l’évolution des relations institutionnelles entre une école professionnelle, la demande sociale (population, employeurs) et l’Etat. L’évolution des techniques de gestion de l’institution (autogestion, management de la qualité, etc.) ; les tensions entre les ambitions du travail social (contrôle social, cohésion sociale, transformation sociale, etc.).

Dans un texte riche de détails, Didier Cattin s'attache à faire ressortir les phases décisives et les moments clés qui ont fait cet établissement ainsi que les enjeux auxquels l'Ecole a dû faire face. A travers son histoire, c'est toute l'histoire de la formation, de l'action et de la politique sociales qui émerge.

  • Prix de souscription CHF 26.- jusqu'au 28 février 2019 (frais de port en sus)
  • Prix de vente CHF 34.- dès le 1er mars 2019 (frais de port en sus)


Editions IES

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Que devient la Bible entre les mains des femmes?
Jeudi 05.12.2019
Par Elisabeth Parmentier et Lauriane Savoy
L’attitude d’ouverture de Jésus à l’égard des femmes est manifeste. Elle se perd peu à peu pour ne renaître qu’au XIXe siècle. Aujourd’hui, de nombreuses théologiennes réinterprètent ensemble les passages controversés de la Bible.