Go Top

La qualité de l’accueil parascolaire vaudois en danger

Jeudi 28.06.2018
  • Pétition pour un accueil parascolaire de qualité

Dans le canton de Vaud, l’Etablissement intercommunal pour l'accueil parascolaire (EIAP) a défini un nouveau cadre de référence pour les enfants de 4 à 12 ans. Seize organisations représentant les professionnel·le·s, les parents et les syndicats s’opposent à ces nouvelles normes.

c Benis Arapovic Dreamstime 450© Benis Arapovic / Dreamstime

Le cadre de référence mis au point par l’EIAP sert à garantir les taux d’encadrement des enfants et à fixer les normes en matière d’aménagement des espaces propices à l’épanouissement des plus jeunes. Ce cadre prévoit un taux d’encadrement moindre, une importante baisse du niveau de formation dans les équipes encadrantes et la possibilité de déroger en tout temps aux normes.

De nombreuses organisations ont réagi. Elles s’opposent à ces nouvelles normes et estiment qu’elles provoqueront une nette détérioration de la qualité de l’accueil et de la sécurité des enfants. Elles ont lancé une pétition en ce sens.

Les signataires : AvenirSocial - Association des professionnel.le.s, Association des responsables et directions d’institutions vaudoises pour l’enfance, Association romande des Assistants socio-éducatifs, Centre de ressources en éducation de l'enfance, Syndicat des services publics, Ecole supérieure en éducation de l’enfance, Association des Responsables de Lieux d'Accueil pour Ecoliers, Education et accueil de jour de l’enfance, Association vaudoise des parents d’élèves, Pro Familia Vaud, Société pédagogique vaudoise, Parti socialiste vaudois, Les Verts vaudois, POP Vaud, PDC Vaud.

Ndlr, 4 septembre 2018: la pétition a récolté plus de 12'000 signatures!

Ndlr, 28 mars 2019: résultat de la mobilisation vaudoise, un nouveau cadre a été négocié.


En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le divorce, l’argent et le rôle des enfants
Lundi 14.10.2019
Etudiant·e·s et Caroline Henchoz (dir.)
Durant le divorce des parents, les enfants ne jouent a priori aucun rôle économique et sont «préservés». Une enquête montre qu’ils sont pourtant souvent impliqués contre leur gré, en particulier pour les pensions alimentaires.