Go Top

Habiter dans la société de longue vie: le projet ADRET à Lancy

Mardi 27.03.2018
  • Lausanne : Edition SocialInfo, mars 2018, 132 pages.

ADRETDirecteur des EMS de Lancy, Laurent Beausoleil écrit : «Au nom d’une prise en charge efficace, nous dérivons parfois dans une institutionnalisation excessive des personnes et nous les isolons dans un environnement stigmatisant.» Ce constat est un des moteurs du projet ADRET à Lancy présenté dans ce livre.

«Nous voulons permettre aux personnes de tout âge de ne pas (plus) vivre en ghetto, en encourageant les interactions sociales, notamment intergénérationnelles», précise Maria Bernasconi, présidente de la Fondation communale pour le logement de personnes âgées (FCLPA) qui conduit le projet. «En consacrant un certain temps aux personnes âgées, sur le principe ‘1m2 d’espace pour une heure de soutien par mois’, les jeunes obtiennent un logement à prix réduit.»

Convaincu qu’une société solidaire et conviviale exige d’autres manières de cohabiter, le projet ADRET veut développer des activités et des échanges intergénérationnels : une chèche, un restaurant, un salon lavoir, des locaux d’activités socioculturelles, l’accès aux transports publics et aux services et commerces de proximité. Les structures sont conçues pour évoluer en fonction des désirs et de l’état de santé des locataires.

Ce livre expose les enjeux liés à l’entrée dans la société de longue vie, à l’accroissement du nombre de personnes en situation de retraite et qui vivront encore longtemps une vie active ainsi qu’à l’importance avérée de la qualité des relations entre les générations, d’une manière plus générale à la promotion des solidarités sociales en milieu urbain. L’ouvrage présente également les principes innovants de ces 150 logements et les instruments prévus pour envisager son fonctionnement.


Adret Lancy

Agenda social et santé

Dernier article

La maternité, handicap des femmes actives
Lundi 16.07.2018
Par Valérie Borioli Sandoz
La maternité discrimine les femmes sur le marché du travail. Elle conduit parfois à un licenciement passé le délai de protection ou au départ de l’employée « d’un commun accord ». Ce phénomène concerne des milliers de femmes chaque année.

L'affiche de la semaine