Go Top

«Derrière les murs : surveiller, punir, réinsérer?»

Mardi 20.02.2018
  • Derrière les murs : surveiller, punir, réinsérer ? La place du travail social en prison
  • Charline Olivier, Editions érès, 2018, 248 pages.

Charline OlivierLa place d’un détenu ne semble jamais la bonne dans l’imaginaire collectif. Face à la même infraction, certains estiment qu’une peine d’emprisonnement ne sera jamais assez longue, quand d’autres l’estimeront inutile. Comment appréhender la réponse carcérale et surtout pour qui : les victimes ou leurs auteurs ? Punir les uns, protéger les autres ? Réinsérer et préparer la sortie ?

Mais comment vit-on dans une prison ? Quels sont les droits et les devoirs d’un détenu ? D’un surveillant ? De l’administration pénitentiaire ? D’un travailleur social ?

L’auteure introduit le lecteur dans l’univers carcéral et raconte la manière dont elle exerce sa fonction d’assistante sociale dans le service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP). Dans un récit à la première personne, elle brosse le portrait de détenus qui demandent son aide. Elle montre comment elle contribue à créer un espace de sécurité psychique propice à la réflexion sur le passage à l’acte délictueux, à maintenir les liens avec les proches et avec l’extérieur de la prison (aide aux démarches administratives, et autres).

Charline Olivier a été assistante sociale pendant douze ans dans un centre d’action sociale d’un quartier sensible. Après avoir exercé des missions pour le tribunal et la gendarmerie, elle a travaillé deux ans dans un service pénitentiaire d’insertion et de probation, dans une prison d’hommes à Rennes. Elle travaille aujourd’hui dans une association auprès de personnes sortant de prison.


Editions érès

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?