Go Top

Rencontre sur la violence domestique: «Prendre soin de soi et coopérer»

Mardi 13.06.2017
  • Date et horaire: mardi 13 juin 2017, de 8h45 à 16h30
  • Lieu: Berne, Office fédéral du personnel, Eigerstrasse 71
  • Coût: CHF 60.- gratuit pour les membres APSCV
  • Traduction simultanée en français

04La rencontre nationale de l'Association professionnelle suisse de consultations contre la violence (APSCV) a pour thématique cette année: prendre soin de soi et coopérer. Un sujet qui concerne toutes les personnes travaillant dans le domaine de la violence domestique et qui aborde les questions suivantes:

  • Comment puis-je prendre soin de ma santé tout en étant régulièrement confronté au sujet de la violence domestique?
  • En quoi le fait de coopérer avec succès et de manière complémentaire avec d'autres organisations contribue à une meilleure santé ?

Deux intervenantes allemandes présentent l’éventail des outils pour prendre soin de soi dans le cadre du travail avec les auteur·e·s d’une part et des victimes d’autre part. L’après-midi, des groupes de travail (français et allemand) permettent d’échanger et d’identifier les solutions concrètes quant à la prise de soin et à la coopération. A l'issue de cette rencontre se tient l’Assemblée générale de l'APSCV.

Parmi les intervenant·e·s:

  • Marc Mildner, président APSCV
  • Anne Le Penven, secrétaire générale APSCV
  • Luzia Siegrist, Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes, domaine violence domestique
  • Julia Reinhardt, Bundesarbeitsgemeinschaft Täterarbeit Häusliche Gewalt, Allemagne
  • Christine Grundmann, Centre de soutien aux femmes, intervenante à l’Institut de formation pour la prévention de la violence dans les relations sociales étroites, Allemagne

 

Inscriptions et programme

Agenda social et santé

Dernier article

La chasse aux «douces violences» dans les homes
Mardi 19.09.2017
Par Geneviève Délèze
Elles sont invisibles, discrètes et fondées sur de bonnes intentions. Les «douces violences» du personnel envers les pensionnaires âgés sont pourtant fréquentes. Un home valaisan les a identifiées et traquées au quotidien.

L'affiche de la semaine