Go Top

BE / Exposition pour donner un visage à la migration

Lundi 20.02.2017
  • Dates : du 17 février au 26 mars 2017
  • Lieu : Berne, Musée de la communication

Eingewandert chL’exposition photographique interactive eingewandert.ch se penche sur les nombreuses facettes du thème de la migration. Elle donne à voir les êtres humains qui se cachent derrière ce terme, soulève des questions sur les stéréotypes et les frontières avec finesse et de manière surprenante.

L’immigration compte parmi les clés du succès de notre pays multiculturel. La Suisse ne se contente pas de rassembler quatre langues sur un territoire de petite taille, plusieurs caractéristiques de son identité culturelle s’expliquent par les migrations : des rösti à base de pommes de terre originaires d’Amérique du Sud à l’horlogerie que les huguenots immigrés de France ont apportée en Suisse en passant par le cacao importé pour fabriquer le fameux chocolat suisse.

Sept photographes – six hommes et une femme – ont exploré les différentes facettes de la migration. Dans leurs travaux, Peter Eichenberger, Eve-Marie Lagger, Daniel Luginbühl, Werner Lüthi, Severin Nowacki, Kuno Schläfli et Karl Schuler lèvent le voile sur un monde riche et varié tout en donnant à la thématique des dimensions ludiques et étonnantes ; comme quand les visiteurs doivent trouver eux-mêmes à quelle personne appartient tel ou tel univers. Les photographes complètent leurs images à l’atmosphère forte par des films et des enregistrements sonores. Ainsi, la migration acquiert non seulement un visage, mais aussi une voix.

Le Cinématte de Berne projette en parallèle un cycle de films sur le sujet.

Site internet eingewandert.ch

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?