Go Top

Lecture / « La vitalisation au cœur de l’intervention »

Mardi 14.02.2012

La vitalisation au cœur de l’intervention

Analyse d’activités éducatives auprès d’adultes en situation de handicap psychique,Kim Stroumza & Claude de Jonckheere, en collaboration avec Philippe Boisadan, Yves Lohri, Julie Prada & Kim Ramirez, Editions ies, Genève, 2012, 112 pages.

JPEG - 42.5 ko

A l’heure où la psychiatrie connaît un mouvement de déshospitalisation et d’autonomisation des résidents, l’équipe éducative d’un foyer pour adultes en situation de handicap psychique s’interroge : « Au-delà de nos bonnes intentions et de notre volonté, nos activités sont-elles vitalisantes pour nos résidents ? Favorisent-elles la mobilisation de leurs ressources ? ». L’équipe exprime ainsi son souci de ne pas forger, malgré elle, une institution qui « capture » ses résidents. Il s’agit dès lors, comme le formule Ehrenberg, d’aider les gens à s’aider par eux-mêmes dans une alliance partenariale, dans une relation d’aide pratiquant la remise en mouvement de personnes qui subissent entièrement leur situation.

En étroite collaboration avec l’équipe en place, Kim Stroumza et Claude de Jonckheere passent à la loupe quatre séquences d’activité (une interaction informelle, une réunion d’équipe, les suites d’un week-end agité, une visite à domicile lors d’un appui social ambulatoire). L’analyse de ces séquences met en lumière – à travers les activités quotidiennes – la reconnaissance que les éducateurs apportent aux résidents, les obstacles auxquels se heurtent ces activités, comment les approches sont ajustées, ou encore, dans quelle perspective de pensée et d’action se placent les professionnels. L’analyse des auteurs aboutit à une modélisation des activités éducatives du foyer.

Editions IES

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Quelle égalité dans les assurances sociales?
Jeudi 19.09.2019
Par Camille Zimmermann
Dans les assurances sociales, les inégalités restent nombreuses. Si les inégalités formelles s’exercent souvent au détriment des hommes, les inégalités matérielles, ne touchant que les femmes, sont beaucoup plus pénalisantes.