Go Top

Besoin crucial de soutien pour une réintégration durable

Mardi 09.07.2024

De l’accueil des mères célibataires à celui des femmes victimes de violences domestiques, Arabelle voit sa mission évoluer depuis 60 ans en parallèle des besoins sociétaux. Trois questions à Sonia Darbellay, chargée de projets.

sonia darbellay interview 60 ans arabelle reiso 170© S. D.(REISO) Le foyer Arabelle fête cette année ses 60 ans. Quelles évolutions votre structure a-t-elle pu constater entre hier et aujourd’hui dans les problématiques qui conduisent les femmes à se tourner vers vous ? 

(Sonia Darbellay, chargée de projets) Le foyer Arabelle a été créé en 1964 pour accueillir les mères célibataires, à une époque où celles-ci étaient souvent marginalisées par la société. Si les mentalités ont heureusement évolué sur ce sujet, les besoins d’accueil et de soutien n’ont cependant pas diminué, bien au contraire. Depuis les années 2000, ce sont principalement les problématiques de violences domestiques et les femmes qui en sont victimes qui constituent le cœur de notre mission. De plus, nous accueillons des femmes confrontées à la précarité économique, des femmes migrantes, isolées, ainsi que des femmes souffrant de troubles psychiques. En résumé, si les mères célibataires représentaient la majorité de nos bénéficiaires à nos débuts, nous agissons désormais en faveur d’une diversité de situations, avec une attention particulière aux victimes de violences domestiques. Ce mouvement reflète ainsi les évolutions des besoins et des contextes sociaux.

Quelles sont les particularités d’Arabelle dans son accueil et ses pratiques ?

Le foyer Arabelle se distingue par plusieurs particularités, étant notamment le seul établissement du canton de Genève à inclure une crèche pour l’accueil des enfants. Cette structure mixte, ouverte aux enfants du foyer et à ceux d’Onex, permet aux mères de se concentrer sur leur réinsertion socioprofessionnelle, tout en offrant aux petit·es un environnement sécurisé et stimulant.

foyer arabelle rebecca bowring reiso 400© Rebecca Bowring

Arabelle se démarque également par son approche intégrée et personnalisée de l’accueil. L’équipe éducative est présente au quotidien pour fournir un soutien attentif et une écoute active. Elle aide les résidentes dans leurs démarches administratives et juridiques et offre un accompagnement à la parentalité, en étroite collaboration avec le personnel de la crèche. Elle propose également de nombreuses sorties et loisirs propices à l’épanouissement des femmes et des enfants. Par ailleurs, l’équipe s’est récemment enrichie de nouveaux professionnel·les spécialisé·es : une logopédiste, une psychomotricienne et une coordinatrice de santé. Cet élargissement de compétences contribue à répondre de manière plus spécialisée aux besoins des enfants, qui subissent souvent les répercussions des violences domestiques. Les interventions précoces leur assurent les meilleures chances pour l’avenir.

Vous conduisez un projet d’accompagnement éducatif en milieu de vie : quels sont les constats qui vous ont conduit au développement de ce projet, et quels sont les constats que vous pouvez en faire ?

Le projet pilote d’Accompagnement éducatif en milieu de vie, ou AEMV, est né du constat que pour de nombreuses résidentes, le départ du foyer et les premiers mois de retour à une vie autonome représentent une étape difficile. Nous avons identifié un besoin crucial de soutien continu pour assurer une réintégration durable dans la société. Ce projet vise à offrir un accompagnement personnalisé à domicile, en aidant les femmes à développer des compétences pratiques (gestion budgétaire, organisation familiale, recherche d’emploi) et à renforcer leur réseau social. Ce projet contribue également à réduire la durée de séjour à Arabelle. Les femmes peuvent quitter le foyer plus rapidement tout en étant rassurées, sachant qu’elles continueront de bénéficier d’un soutien adapté et régulier. Cela libère des places pour d’autres personnes en besoin urgent d’hébergement.

Les bénéficiaires montrent une amélioration notable de leur autonomie et une réduction des situations de rechute.

Depuis le lancement de ce projet en 2019, nous avons observé des résultats très encourageants. Les bénéficiaires montrent une amélioration notable de leur autonomie et une réduction des situations de rechute. Ce projet favorise également la détection précoce des situations à risque et d’intervenir de manière proactive.

(Propos recueillis par Céline Rochat)

Pour marquer cet anniversaire, une soirée de soutien en faveur des femmes et enfants victimes de violences est organisée le vendredi 20 septembre 2024. Animée par Jean-Marc Richard, elle se déroulera dès 18h30 à la salle du Manège d'Onex. Prix: 150 fr, soutien 200 fr. Inscription par courriel

L'affiche de la semaine

Dernier article

L'innovation sociale, ce catalyseur fédérateur
Lundi 22.07.2024
Par Aline Félix, Romain Descloux, Guillaume Dafflon, et Gloria Arici
Les approches liées à l’innovation sociale s’inscrivent comme des vecteurs d’unité dans le travail social. Implémenter ces outils de manière durable sur les terrains représente donc un enjeu de développement de la profession.