Go Top

Présentation / Colloque « Confins du patrimoine »

Vendredi 11.06.2010

Ce Colloque interdisciplinaire de la Société de thanatologie a eu lieu les 9-10 septembre 2010, au Château Mercier à Sierre.

JPEG - 16.7 ko

Présentation. De l’histoire de l’art à la pratique des sage-femmes, de la sociologie au tourisme funéraire ou aux pompes funèbres : l’approche du Colloque Confins du patrimoine sera résolument interdisciplinaire.

Lorsque nous parlons de la naissance et de la mort, il est très courant d’associer à ces deux termes une foule d’idées, de représentations et d’abstractions qui visent à définir et à borner nos existences : pêle-mêle, nous pouvons signaler la réincarnation, la transmigration des âmes, la vie éternelle ou encore toutes les déclinaisons de l’au-delà.

Ces systèmes de pensée, très variables sur un plan culturel, semblent servir de prolongement à une autre abstraction : celle de la personne qui, elle, reste étroitement associée au corps et à sa matérialité. Or cette association entre corporéité et personnalité n’est jamais très précise ni jamais bien calquée l’une sur l’autre car il n’est jamais possible de définir avec précision où et quand commencent et se terminent nos existences : il suffit de se référer aux nombreux débats éthiques, philosophiques ou juridiques sur le statut de l’embryon ou du cadavre pour s’en rendre compte.

Dans cette perspective, nous nous trouvons donc bel et bien, avec la naissance et la mort, aux confins d’un patrimoine matériel – le corps – qui ne saurait jamais se comprendre sans sa contrepartie conceptuelle et immatérielle – d’aucuns diraient immortelle – dont la finalité, sans mauvais jeu de mots, est quasi orthopédique (elle tient droit le corps et le forme).

Des baptistères aux cimetières

En choisissant comme thème « Lieux de naissance et jardins de la mort » – dont l’intitulé s’est transformé en un « Cycles de vie » nettement moins poétique à l’automne 2009 – les Journées européennes du patrimoine ont offert une occasion en or de réfléchir à ces confins de l’existence. A l’initiative de la Société d’études thanatologiques de Suisse romande, une équipe pluridisciplinaire – regroupant des chercheurs, des enseignants et des professionnels – s’est ainsi constituée en 2008 déjà pour mettre sur pied un colloque ; celui-ci reste étroitement lié au week-end de visites organisées dans le cadre des Journées du patrimoine 2010 puisqu’il les précède directement.

Les réflexions que nous souhaitons développer les 9 et 10 septembre permettront de ne pas nous focaliser uniquement sur le versant matériel du patrimoine que les notions de lieux (maternités, pouponnières, baptistères) et de jardins (cimetières, columbariums, mémorials, pourquoi pas ossuaires) font bien apparaître.

Des œuvres inédites

Durant deux jours, nous proposons un ensemble de conférences qui se combinent avec le regard des professionnels et couvre des champs aussi variés que l’histoire de l’art et l’histoire de la médecine, la médecine et la pratique des sage-femmes, la géographie et le tourisme, la sociologie et l’anthropologie, la restauration d’art et la pédagogie, les pompes funèbres. Nous souhaitons ouvrir un espace de rencontres et d’échanges original tout en jetant des éclairages croisés sur une réalité – la naissance et la mort – à laquelle sont constamment confrontés les professionnels de la santé et du social dans leurs pratiques quotidiennes respectives.

Dans une optique de convivialité enfin, un concert d’œuvres pour la plupart inédites pour voix, piano, violon et violoncelle sera proposé aux participant⋅e⋅s du colloque le jeudi en fin d’après-midi par l’Ensemble Flatus sur le thème « Vie et Mort dans l’œuvre du compositeur valaisan Charles Haenni » (1867-1953) ; un conte d’Alix Noble Burnand intitulé « La mort mise en scène » ponctuera la journée du vendredi. Une autre façon finalement d’amener une composante immatérielle – celle de la musique et de la parole – dans un magnifique cadre patrimonial, le Château Mercier à Sierre où se déroulera l’entier de ce colloque.

Marc Antoine Berthod, président de la Société d’études thanatologiques de Suisse romande

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Approche relationnelle pour l’autodétermination
Lundi 21.10.2019
Par Geneviève Piérart, Annick Cudré-Mauroux et Carla Vaucher
Pour les personnes présentant une déficience intellectuelle, comment instaurer l’autodétermination dans la vie quotidienne ? Une recherche a identifié la dynamique des relations entre personnes accompagnées et professionnel·le·s.