Go Top

Le CHUV veut mieux accueillir les personnes neuro-atypiques

Jeudi 07.03.2024

Afin de permettre aux patient·es avec un trouble du spectre autistique et/ou une déficience intellectuelle de recevoir les soins dont ils ont besoin dans des conditions optimales, le CHUV a mis sur pied un dispositif novateur.

dac tsa dispositif accueil tsa deficience intellectuelle chuv 400© CHUV

Les patient·es avec un trouble du spectre autistique (TSA) et/ou une déficience intellectuelle ont des besoins spécifiques. Certaines personnes peinent par exemple à formuler une douleur et l’expriment par des troubles du comportement comme de l’agitation ou des cris.

Disposer d’informations pertinentes est essentiel pour une prise en soins optimale. Une connaissance approfondie de chaque situation est nécessaire, ainsi qu’une bonne anticipation pour les soignant·es qui vont intervenir dans le parcours des patient·es.

Un dispositif d'accueil novateur est proposé depuis juin 2023 par le Service des troubles du spectre de l’autisme et apparentés du Département de psychiatrie du CHUV. Nommé DAC-TSA, ce dispositif offre une porte d’entrée unique et des interlocuteurs·trices compétent·es pour examiner les besoins, planifier un séjour ou une consultation, informer et coordonner les soignant·es actif·ves dans la prise en soins. Le dispositif peut être activé dans l’ensemble des départements de l'hôpital, qu’il s’agisse d’une situation nouvelle ou déjà suivie.

« Cette prestation-ci vise à garantir un accès à la santé aussi aisé que possible à toutes et tous, et donc à considérer les besoins particuliers en termes de communication, de préparation, d’explications », souligne Rebecca Ruiz, Conseillère d’État et cheffe du Département de la santé et de l’action sociale (DSAS).

Coordination avec les équipes médico-soignantes

Pour toute demande programmable d’hospitalisation ou de rendez-vous ambulatoire, un numéro de téléphone permet aux patient·es majeur·es ou mineur·es, aux proches et aux médecins traitant de joindre des infirmières spécialement formées.

Le Dr Vincent Guinchat, médecin chef au Service des troubles du spectre de l’autisme et apparentés, relève que ce dispositif répond à un réel besoin des personnes porteuses d'un TSA. « A priori, l’environnement hospitalier est angoissant et n’est pas conçu pour ces patient·es neuro-atypiques. Les procédures de soins sont mal comprises et parfois intrusives, le cadre est bruyant, les temps d’attente sont mal supportés. Cette démarche transversale et multidisciplinaire permet de proposer une porte d’entrée simple et facile d’accès pour l’ensemble des soins généraux. Cela permet par ailleurs une prise en charge optimale favorisant la réussite du soin. »

« Le travail préparatoire est bénéfique à la fois pour les patient·es et pour les professionnel·les, ajoute Maxime Moulin, infirmier chef au Service des troubles du spectre de l’autisme et apparentés et chef du projet DAC-TSA. Le nouveau dispositif d'accueil assure la coordination avec les cliniciens amenés à les prendre en charge afin de les sensibiliser, les préparer et les conseiller. »

(Source : communiqué de presse)

Infos pratiques

Pour contacter les infirmières du dispositif DAC-TSA :

 


 

Lire également :

L'affiche de la semaine

Dernier article

Construire ensemble une culture interprofessionnelle?
Jeudi 11.04.2024
Par Camille Greppin-Bécherraz
Pour que le développement d’une réelle collaboration entre professions fonctionne, une attitude proactive et structurée est nécessaire. Exemples tirés d’un atelier, notamment axé sur la promotion de l’activité physique.