Go Top

Internet / Santépsy.ch pour la promotion de la santé mentale

Mardi 11.10.2016

En ligne : Santépsy.ch - Tous concernés

Site des cantons romands pour la promotion de la santé mentale

PNG - 28.8 ko

Ce site a été réalisé par la Conférence latine des affaires sanitaires et sociales en collaboration avec la Coordination romande des associations d’action pour la santé psychique.

La santé mentale nous concerne tous. Une personne sur deux est atteinte dans sa santé mentale, au moins une fois dans sa vie (de manière ponctuelle ou durable). Et près de 17% de la population fait face à un ou plusieurs troubles psychiques. Il s’agit des affections de santé les plus fréquentes et les plus handicapantes. Leur coût global (direct et indirect) est estimé à plus de 7 milliards de francs par an en Suisse.

Dans un langage accessible et sur la base de références scientifiques reconnues, santépsy.ch informe largement sur la santé psychique. Grace à une navigation simple et agréable, santépsy.ch permet de trouver des informations pratiques et donne des réponses aux questions que l’on peut se poser dans ce domaine, comme par exemple :

  • Prendre soin de sa santé psychique
  • Les différentes étapes et moments de la vie qui peuvent l’influencer
  • Les principaux troubles psychiques et comment y faire face
  • Des témoignages de personnes concernées
  • Un répertoire des offres d’aide et de soutien disponibles en Suisse romande

Le site est réalisé en français. Une version en langue allemande est prévue pour la fin de l’année. Le canton du Tessin a aussi l’intention de traduire et adapter le site en italien prochainement.

Lire aussi l’article « Un portail romand pour promouvoir la santé mentale », de Florence Nater, REISO, 12 janvier 2017

Santépsy.ch

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?