Go Top

Un service de psychomotricité gratuit dédié aux enfants

Vendredi 27.10.2023

À Genève, le Centre d’expertise et de recherche cliniques en thérapie psychomotrice ouvre un espace d’accueil psychomoteur gratuit pour les enfants jusqu’à 4 ans et leurs parents.

Adorable toddler playing with maths puzzle game sitting on table at classroom© Depositphotos

Le Canton de Genève et la Confédération accordent une grande importance au développement équilibré des jeunes enfants. Pour répondre à cette préoccupation, le Centre d’expertise et de recherche cliniques en thérapie psychomotrice (CERIP) a créé un service spécifique, intitulé L’Espace psychomotricité parents-enfants.

Ce lieu a pour but de favoriser le développement des jeunes enfants ainsi que les compétences parentales comme levier de l’intégration, notamment des populations vulnérables. Il offre aux parents un environnement où ils peuvent jouer avec leurs enfants, tout en recevant des conseils personnalisés pour soutenir leur développement. Il propose des activités et jeux psychomoteurs avec du matériel adapté.

L’espace est accessible gratuitement et sans inscription. Ouvert deux fois par semaine, le mardi de 14 h à 16 h et le vendredi de 9 h à 11 h, il est destiné aux enfants de la naissance à 4 ans et à eurs parents.

Cette initiative découle de deux constats. D’abord, celui d’un besoin non comblé à Genève, où le manque d’offres de prévention axées sur le développement psychomoteur pour les jeunes enfants est criant. Par ailleurs, elle veut répondre aux besoins des familles. Ces dernières sont nombreuses à avoir exprimé des inquiétudes concernant le développement global de leur progéniture, et la demande de soutien en psychomotricité a explosé.

Cet espace est dirigé par une thérapeute en psychomotricité, experte dans le domaine de la petite enfance. Deux étudiant·e·s du Master en psychomotricité y collaborent.

(Source : HETS Genève)

L'affiche de la semaine

Dernier article

Plans climat: quelle place pour le social?
Jeudi 30.11.2023
Par Tristan Loloum et al.
Les « plans climat » romands prennent peu en compte les liens entre inégalités sociales et dérèglement. Une compréhension limitée des paramètres sociaux liés aux enjeux énergie-climat et une faible implication des partenaires sociaux l’expliquent.