Go Top

VS / Campagne de prévention Grossesse sans tabac

Lundi 01.06.2015

Campagne de prévention « Grossesse sans tabac »

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac du 31 mai, Promotion Santé Valais, par son secteur CIPRET-Valais, lance cette nouvelle campagne.

JPEG - 61.7 ko

Cette campagne vise à sensibiliser les femmes à l’importance d’arrêter de fumer avant d’être enceintes et à soutenir celles qui sont enceintes dans une démarche d’arrêt. En Valais en 2012, on comptait 29% de fumeuses (23% en moyenne nationale). On sait qu’entre 15% et 20% de femmes continuent de fumeur durant leur grossesse.

Les conséquences de la consommation de tabac sur la grossesse et pour le bébé sont souvent méconnues, alors qu’elles sont bien documentées dans la littérature. Fumer augmente le risque de grossesse extra-utérine, de saignement ou encore de fausses couches à n’importe quel stade de la grossesse. Pour le bébé, les complications observées sont une tendance à la prématurité, un trop faible poids de naissance, un risque augmenté de maladies des voies respiratoires, entre autres.

Souvent les femmes concernées se sentent coupables et évitent d’aborder le sujet.

Toutes ces raisons motivent le CIPRET à développer une campagne spécifique. La première phase de cette campagne débute lundi 1er juin 2015 (la deuxième aura lieu en automne). La campagne se décline sous la forme suivante :
- Affichage dans l’espace public, près des centres commerciaux (2 semaines)
- Annonces presse (2 semaines)
- Documentation usuelle (brochure, flyers) dans les cabinets médicaux, pharmacies, maternités, etc.
- Annonces dans les pharmacies membres de pharmavalais.

Les femmes enceintes fumeuses peuvent ainsi s’adresser à différents professionnels de la santé pour des conseils en désaccoutumance sages-femmes, gynécologues, pharmaciens, tabacologues, CIPRET, etc.

Site internet CIPRET Valais

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le prix de l’adaptation imposée par le cancer
Jeudi 14.11.2019
Par Nicolas Sperisen et Alexandra Balz
Après les traitements initiaux contre un cancer, la personne concernée et les proches s’adaptent peu à peu pour retrouver une certaine qualité de vie. Ces ajustements imposés sont souvent ardus et coûteux. Comment imaginer un meilleur soutien ?