Go Top

Octobre 2012 : détour dans les bibliothèques

CouvertureCollet, Beate & Santelli, Emmanuelle
Couples d’ici, parents d’ailleurs : parcours de descendants d’immigrés
Paris : Presses universitaires de France, 2012

Aussi libre que puisse être le choix conjugal aujourd’hui, il continue à unir des personnes qui se ressemblent socialement et culturellement. Les couples formés par les descendants d’immigrés d’origine maghrébine, sahélienne et turque n’échappent pas à cette règle, avec le souci de maintenir une cohésion familiale, de s’inscrire dans une transmission intergénérationnelle, mais aussi la volonté de s’en affranchir et de privilégier l’épanouissement personnel. Ce faisant, ces descendants mettent en œuvre différentes manières de concevoir l’entre-soi conjugal : l’entre-soi déterminé est le plus proche du modèle hérité des parents ; l’entre-soi négocié adapte ce modèle à la société française contemporaine ; l’entre-soi émancipé s’inscrit plus délibérément dans son dépassement.

En comparant ces processus aux manières de faire du groupe majoritaire - les Français sans ascendance migratoire récente -, ce livre nous conduit au cœur des logiques d’individualisation qui guident la formation conjugale.

Fruit de recherches menées conjointement depuis de longues années, il fait le point dans un domaine jusqu’ici peu investi par les chercheurs en sciences sociales.


 

CouvertureTisserant, Guy
Le handicap en entreprise : contrainte ou opportunité ? : vers un management équitable de la singularité
Montreuil : Pearson, 2012

Engageriez-vous une personne handicapée ?

En France, toutes les entreprises de plus de 20 salariés sont soumises à cette obligation légale. Certaines préfèrent verser une contribution aux organismes désignés par la loi. Mais d’autres la considèrent comme un défi à relever.

Ce livre apporte des réponses aux nombreuses questions que soulève le handicap en entreprise : Comment trouver les candidats potentiels, les jeunes diplômés qualifiés ? Comment les contacter ? Comment parler du handicap lors de l’entretien d’embauche ? Comment aborder l’adéquation poste/handicap ? Comment envisager un emploi durable ? Quelles évolutions de carrière proposer ? Illustré de nombreux exemples issus de l’expérience professionnelle et personnelle de l’auteur, cet ouvrage apporte des outils et propose également une réflexion de fond sur la différence. Ce faisant, il nous invite à repenser le management et l’entreprise.

En effet, attirer les talents et les compétences individuelles, savoir les conserver tout en améliorant les performances de l’entreprise est la préoccupation quotidienne des dirigeants, gestionnaires des ressources humaines et managers. Et pour y répondre, les organisations ne peuvent plus se permettre de faire l’économie du management de la singularité.

En abordant ce sujet par la perspective du handicap, Guy Tisserant nous amène à réfléchir à la place que l’entreprise accorde à l’individu et à questionner nos préjugés. Loin de donner des leçons, il élargit nos perspectives et nous incite à développer nos capacités d’écoute et d’ouverture.


 

CouvertureSous la direction de Giuliana Galli Carminati et Alfonso Méndez
Etapes de vie, étapes de soins
Chêne-Bourg : Médecine et Hygiène, 2012

Dans cet ouvrage, des professionnels qui travaillent autour des personnes avec retard mental et de leurs familles regardent, réfléchissent et racontent leur parcours de vie et de soins : leurs parcours professionnels, les parcours des patients et résidents qu’ils ont côtoyés, mais aussi l’évolution des structures de soins et d’accueil, avec en filigrane les changements politico-administratifs dont ils ont été témoins ou acteurs.

Les étapes dont on parle dans ce livre sont celles du temps qui passe, que ce soit au long d’une semaine ou des années. Ce même temps qui est considéré, probablement à raison, comme le plus grand des voleurs peut devenir et être perçu comme le maître du changement et du progrès et aussi notre compagnon de voyage tout au long de notre existence.

Les auteurs ont voulu partager avec les lecteurs le récit de leur évolution et de celle des personnes et des familles qu’ils ont accompagnées dans le parcours parfois difficile mais certainement riche qui caractérise l’aventure humaine autour du retard mental.


 

CouvertureMaximos Aligisakis et Sofia Dascalopoulos (éds)
Multiculturalismes et identités en Europe
Louvain-la-Neuve : Academia ; Genève : Univ. de Genève, Institut européen, 2012

Les relations entre l’Autre et le Soi, ainsi que les comportements variés qui les traversent, constituent une thématique fondamentale de notre temps. Examiner l’Europe, et les sociétés qui la composent, en prenant en considération leurs dimensions interculturelles, constitue un défi scientifique majeur. Cet ouvrage collectif interdisciplinaire interroge et analyse les innombrables facettes des multiculturalismes européens.

De quelle manière faut-il comprendre les conflits culturels et identitaires ? Quelle place convient-il d’attribuer aux droits culturels, à la reconnaissance mutuelle et à l’intégration des étrangers dans le cadre de l’UE ? Quelle est la gestion de la différence face à la religion de l’Autre ou envers les minorités sexuelles ? La philosophie et le droit de la construction européenne sont-ils multiculturalistes ? Les frontières sont-elles flexibles et les identités négociables ? L’avenir du multiculturalisme est-il dans l’éducation interculturelle ? Voici quelques-unes des questions abordées dans ce volume.


 

CouvertureCavalli, Stefano
Trajectoires de vie dans la grande vieillesse : rester chez soi ou s’installer en institution ?
Chêne-Bourg : Georg éditeur, 2012

Il existe peu d’études scientifiques s’intéressant à l’entrée des personnes âgées en institution spécialisée et à leur « nouvelle vie ». Cette éventualité n’a d’ailleurs jamais été explicitement traitée en tant que transition du parcours de vie. Le livre de S. Cavalli se propose de combler ce vide : il examine les trajectoires de vie dans la vieillesse avancée, se concentrant sur la période de transition entre vie à domicile et intégration dans un établissement spécialisé, qui peut rompre l’équilibre de la vie quotidienne.

Trajectoires de vie dans la grande vieillesse tente d’apporter les réponses aux nombreuses questions qui surgissent pour quiconque s’intéresse à la grande vieillesse : à quel type de transition a-t-on affaire au moment de l’entrée en institution ? Quelles sont ses caractéristiques ? Comment cette rupture biographique s’insère-t-elle dans le modèle de parcours de vie en vigueur ?

Partie intégrante du programme de recherche Swiss Interdisciplinary Longitudinal Study on the Oldest Old (SWILSOO), piloté par le Centre interfacultaire de gérontologie (CIG) de l’Université de Genève, l’étude menée par l’auteur permet, aussi bien aux professionnels du grand âge qu’aux personnes concernées et à leur famille, de mieux comprendre et affronter une transition parfois inévitable.


 

JPEG - 47.7 koSous la direction de Piero-D. Galloro, Antigone Mouchtouris
Jeunesse et discrimination
Perpignan : Presses universitaires de Perpignan, 2012

L’originalité de cet ouvrage tient dans l’approche croisée des relations qu’entretient la société avec ses jeunes. Le constat de discrimination est flagrant. Une situation paradoxale car aucune société ne pourrait se développer sans sa jeunesse censée représenter l’avenir. La discrimination à l’encontre des jeunes est bien présente et ce problème social ne peut plus être considéré comme un phénomène d’exception.

Ce livre, aux entrées multiples, permet de comprendre le fonctionnement des mécanismes pluriels et insidieux de la discrimination que subissent les jeunes générations. Les recherches présentées ici à l’échelle européenne définissent avec précision les domaines, parfois insoupçonnés, qui affectent cette catégorie d’âge.


 

JPEG - 38.7 koOuvrage réalisé à partir d’une journée d’étude organisée par BUC Ressources et le Centre régional d’études et de formation de la Police nationale, le 26 avril 2011
Macadam jeunesse : la rue, espace criminogène ?
Paris : L’Harmattan, 2012

La rue est un espace public qui représente historiquement un lieu dangereux, qu’il faut traverser par nécessité mais pas investir de manière durable. Dans un tel cas, le danger est imminent. Il convient alors de protéger ceux qui s’y aventurent ou de se protéger de ceux qui investissent cet espace public, lorsqu’ils constituent une foule, une bande, voire un gang. La jeunesse est aussi perçue comme source de danger, dont il faut au plus vite aider ceux qui la traversent à s’en sortir, mais aussi prémunir la société de ces derniers. L’adolescence est une représentation assez récente qui permet de saisir le moment le plus potentiellement sensible de la jeunesse, qu’il convient donc de placer sous étroite surveillance. Lorsque la rue et la jeunesse se rencontrent et se mêlent, l’espace-temps constitué est hautement anxiogène.

C’est à ce titre que la société veille à se protéger, dans une posture défensive et/ou curative pour juguler le péril de la « Macadam jeunesse ». C’est ainsi que la police et le travail social sont sommés d’intervenir à la croisée de ces deux réalités vécues comme un syncrétisme hautement problématique. Dans ce contexte punitivo-assistanciel, nous nous attacherons à mettre en question à la fois les modalités de la présence dans la rue de la jeunesse, mais aussi la pertinence des interventions auprès de ce public, à la lumière du questionnement rigoureux des sciences humaines et des expériences des professionnels chargés des prises en charge.

BUC Ressources est un centre de formation qui s’inscrit dans la chaîne des métiers de l’éducation spécialisée, de l’accompagnement social et médico-social et dans le développement d’une recherche appliquée au travail social. C’est dans ce cadre que la collection « Les écrits de BUC Ressources » ambitionne de produire de la connaissance pour l’intervention sociale.


 

CouvertureSous la direction de Stéphane Rullac
La science du travail social : hypothèses et perspectives
Issy-les-Moulineaux : ESF éd., 2012

Le travail social possède une légitimité historiquement forgée dans les actions qui s’adressent aux personnes les plus vulnérables. Pourtant, un débat assez ancien consiste à questionner la nature et les moyens de la production théorique permettant de penser ces pratiques. Plus que jamais, cette profession est aujourd’hui traversée par cet intérêt renouvelé, qui fait couler beaucoup d’encre et génère de vifs débats.

Au-delà de simples enjeux théoriques, entre spécialistes, la nature scientifique du travail social se pose aujourd’hui institutionnellement à travers la réorganisation de l’appareil de formation, dans le cadre européen, qui vise explicitement une universitarisation des diplômes, dans une convergence théorie-pratique.

Ce processus européen percute les divers équilibres nationaux qui étaient susceptibles de disqualifier la formation professionnelle par rapport aux disciplines théoriques représentant la référence épistémologique. C’est notamment le cas en France.

Aujourd’hui, l’opportunité de développer un doctorat, des centres de recherche, des revues scientifiques ou encore des institutions de type Hautes Écoles est clairement posée et débattue dans notre pays. Cette institutionnalisation questionne une nouvelle fois, mais dans une forme d’urgence, la cohérence du savoir professionnel produit aujourd’hui et demain.

Cet ouvrage tente d’instruire rigoureusement l’hypothèse d’une scientifisation du travail social. Il peut accompagner les chercheurs, les formateurs, les étudiants ainsi que les responsables associatifs et décideurs de l’action sociale souhaitant participer à la réflexion sur les enjeux posés par la nature du savoir des travailleurs sociaux.


 

CouvertureDepenne, Dominique
Ethique et accompagnement en travail social
Issy-les-Moulineaux : ESF éd., 2012

Le sens commun tend à rendre synonymes des notions qui ne recouvrent aucune réalité commune. L’éthique, de nos jours, n’échappe pas à ce travers. Cet essai tente d’extraire l’énigme éthique du sens commun en la différenciant de la morale et de la déontologie. Ainsi s’attache-t-il à mesurer les enjeux qui viennent au jour, à partir du questionnement éthique, lorsqu’il s’agit d’accompagner des personnes dites « fragilisées ». L’accompagnement est d’abord et avant tout une relation.

Qu’est-ce qu’une relation, d’un point de vue éthique ? Qu’est-ce que l’accueil, la rencontre, l’hospitalité, le face-à-face… Autant de dimensions qui retrouvent, au travers du questionnement éthique, toute leur profondeur.

C’est ainsi que l’auteur souligne la nécessité de refuser « l’infâme prise en charge » qui chosifie les individus accompagnés. Accompagner, c’est « aller de compagnie avec ». Dès lors, toute réflexion éthique exige la prise en compte de la singularité et de l’altérité de l’Autre-homme. Ce n’est qu’à partir de là que l’on peut penser ce qu’est une relation humaine d’accompagnement.

Dominique Depenne trouve ici, en l’œuvre d’Emmanuel Lévinas, une référence irremplaçable pour penser l’éthique.

Cet ouvrage est destiné à tous les professionnels du travail social, quels que soient leurs métiers et leurs postes, et qui, d’une façon ou d’une autre, sont confrontés à la dimension relationnelle de l’accompagnement.


 

CouvertureDewerdt-Ogil, Jacqueline
Pas tout facile la vie : des clowns chez Emmaüs
Paris : L’Harmattan, 2012

« Un soir de mars, sans l’avoir prémédité, j’entre dans le monde des clowns ».

Pas n’importe quels clowns. Clown-analyste, clowno-formateur, tels sont les titres de celui qui embarque l’auteur vers dix années d’une aventure exceptionnelle avec « La Bande à Léon », troupe de clowns composée de compagnons d’Emmaüs.

Il s’agit bien de compagnonnage dans ce récit à deux voix. Sous forme de journaux croisés, l’auteur nous fait partager les bonheurs et les tourments qu’elle a vécus au sein de la troupe. Les portraits de ces hommes que la vie a poussés en marge de la société nous font toucher du doigt la fragilité des destins individuels, mais aussi la force de la création collective. Compagnons d’Emmaüs, L’Ancien, Le Grand, La Flèche et les autres deviennent clowns. Parce qu’on fait confiance à leur talent, ils créent des spectacles dénonçant les travers de la société qui les a rejetés.

Par touches discrètes, l’auteur donne à entendre les échos que la vie des compagnons réveille en elle. Comme s’il s’en était fallu de peu qu’elle aussi, que vous aussi… Comme si certains avait juste raté le mauvais virage au mauvais moment.


 

Sélection effectuée parLoïc Diacon, Infothèque de la HETS Genève

Site internet Infothèque

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Prémunir les jeunes contre les discours radicaux
Lundi 24.06.2019
Par Alain Ruffion
La question de la prévention primaire des radicalisations est cruciale. Comment agir auprès des enfants dès leur plus jeune âge pour les prémunir contre les discours des recruteurs ? La psychologie positive propose des pistes d’action.