Go Top

Février 2012 : détour dans les bibliothèques

JPEG - 9.1 koSous la dir. de Vassilis Kapsambelis
Le besoin d’asile : des lieux pour les psychoses
Rueil-Malmaison : Doin, 2011 (Polémiques)

Parler aujourd’hui d’asile, c’est réveiller de vieux démons qui ne dorment que depuis peu.

En effet, la psychiatrie contemporaine s’est construite, depuis plus de cinquante ans, sur une base résolument anti-asilaire. Avec un bel enthousiasme réformateur, elle a multiplié des innovations de soins communautaires qui ont transformé les trajectoires des malades mentaux.

Mais les rêves des années 1950, devenus en grande partie réalité, nous mettent en présence de nouveaux défis ; leur innocence initiale est mise à rude épreuve. Dans notre paysage psychiatrique polymorphe d’aujourd’hui, les patients psychotiques ne manquent pas de nous rappeler que les particularités de leur condition humaine révèlent un besoin fondamental d’asile. L’oublier ne conduit pas toujours à la conquête de l’« autonomie », notion sacro-sainte de nos sociétés contemporaines, mais aussi à la solitude d’un univers sans objets, voire à la rue ou à la prison.

Si le retour à l’asile traditionnel n’est souhaité par personne, les formes que peut prendre cet accueil, temporaire ou plus durable, sont loin d’être valables pour tout patient et en toute circonstance : nous devons à la psychiatrie anti-asilaire de l’après-guerre cette découverte de la diversité des patients psychotiques, derrière leur apparente similitude asilaire.

C’est une réflexion sur ce besoin d’asile, et un tour partiel de quelques-unes de ses réalisations, que nous proposent le docteur Vassilis Kapsambelis et les quatorze auteurs, psychiatres et professionnels en santé mentale, de cet ouvrage.



JPEG - 21.8 koRöhr, Heinz-Peter
Guérir des abus sexuels et émotionnels : quand le conte se fait thérapie
Aubagne : Ed. Quintessence, 2011

À travers le conte des frères Grimm, Toutes-Fourrures (inspiré du même récit traditionnel que le Peau d’âne de Charles Perrault), Heinz-Peter Röhr propose d’accompagner ceux et celles qui ont été victimes d’abus dans leur enfance, en dévoilant les dimensions symboliques du conte, et en faisant un parallèle avec les situations vécues.

Il analyse ainsi avec précision les conséquences de l’abus : Comment l’expérience d’abus est-elle revécue à l’âge adulte ? Comment l’identité de victime est-elle ressentie ? Quels troubles du comportement l’abus a-t-il engendrés ? Quelles sont les répercussions sur la vie de couple et la sexualité ? Autant de questions appréhendées dans leurs dimensions conscientes et inconscientes et étayées par de nombreux témoignages.

Comme les contes qui affirment qu’une délivrance est possible car ils aboutissent toujours à une fin heureuse, la démarche de l’auteur se veut thérapeutique ; il s’agit de comprendre la problématique de l’abus sexuel et de découvrir comment accéder à la guérison.



JPEG - 6.6 koFrançois, Jean P.
Mixité filles-garçons : réussir le pari de l’éducation !
Toulouse : Ed. Erès, 2011 (Education et société)

Deux constats préoccupent fortement aujourd’hui parents, enseignants et membres de l’Education nationale, éducateurs sociaux et judiciaires, responsables de MJC, centres sociaux, maisons de quartiers…

D’une part, les filles sont victimes d’incivilités, pressions diverses, harcèlements ; d’autre part, les garçons obtiennent de moins bons résultats qu’elles dans bien des domaines. Cependant, devant cet état des lieux inquiétant et incontestable, il est hors de question de se laisser aller à la facilité et d’abandonner la mixité filles-garçons. L’auteur démontre qu’on peut réussir cette impérieuse obligation dans tous les lieux d’éducation, quels qu’ils soient.



JPEG - 8.4 koLeconte, Florentine
Le sortir de son monde : le combat d’une mère pour son enfant autiste (syndrome d’Asperger)
Neuilly-sur-Seine : Michel Lafon, 2011

« Je m’appelle Jules, j’ai neuf ans et demi et je suis autiste Asperger. Je suis intelligent, je parle très bien, seulement je suis spécial. Avant, je voyais la vie en noir, je pleurais beaucoup et je ne parvenais pas à me contrôler. A l’école, je n’arrivais pas à lire et à écrire, je me sentais nul. J’ai commencé à frapper mes camarades. Alors, ils n’ont plus voulu de moi… Heureusement, j’ai appris à régler mes problèmes avec ma tête et plus avec mes poings. Aujourd’hui, je rentre au CM2 et je suis comme les autres. »

Exclu du système scolaire, jugé psychotique par le corps psychiatrique, Jules aurait pu, comme tant d’autres enfants atteints du même handicap, échouer dans un hôpital de jour… Sauvé par le traitement ABA, une technique comportementaliste encore méconnue en France, il est pourtant revenu parmi nous. Aujourd’hui l’avenir, bien qu’incertain, lui sourit enfin. C’est cette renaissance bouleversante que Florentine Leconte retrace dans ce livre.

À travers son récit, se dessine aussi le combat d’une mère dans un pays où les solutions de prise en charge des enfants autistes font encore cruellement défaut.



JPEG - 8.5 koGrenier, Corinne ; Laborel, Bernard
Les MDPH (maisons départementales des personnes handicapées) : une organisation innovante dans le champ médico-social ?
Toulouse : Ed. Erès, 2011

Les MDPH ont été créées par la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, pour la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » qui a rénové le champ du handicap.

Elles poursuivent huit missions, notamment en vue d’une meilleure évaluation de la situation de handicap du bénéficiaire et de la délivrance de droits et de prestations compensatrices. Les enjeux nouveaux de leur gouvernance et de leur pilotage doivent être compris à l’aune des changements introduits par cette loi qui font évoluer fortement les habitudes dans le secteur : la manière d’envisager le handicap (la personne n’est plus handicapée mais en situation de handicap, elle est reconnue comme citoyenne et pleinement responsable de sa demande de compensation), la participation des associations d’usagers dans les instances de décision de la MDPH, la conception d’un guichet unique se substituant au « parcours du combattant » des personnes pour l’accession à leurs droits.

Améliorer le fonctionnement des MDPH requiert avant tout d’interroger l’impact de ces changements sur les modalités de cette nouvelle gouvernance et les pratiques professionnelles. Dans cette optique, les auteurs proposent une grille de lecture de ces structures innovantes à travers leurs différentes fonctions : sociétale (comprendre la place de la personne handicapée dans la société pour être ensemble), politique (comment et avec qui organiser les modes de décision pour décider ensemble) et managériale (quelle organisation et quels outils pour travailler ensemble).



JPEG - 7.9 koJanin-Devillars, Luce
Être mieux au travail : comment s’épanouir dans son métier… ou en changer !
Neuilly-sur-Seine : Michel Lafon, 2011 (Psycho-santé)

Le travail occupe une grande partie de notre existence.

II peut procurer du plaisir, mais aussi parfois générer de la souffrance, dans un contexte économique de plus en plus dur. Un métier, choisi ou subi, ne sert pas seulement à gagner sa vie : il permet de forger sa propre estime, de se « réaliser ». Influences familiales, éducation : notre histoire personnelle est déterminante dans le choix d’une activité, et dans l’échec ou la réussite de nos projets.

Ce livre analyse très concrètement les schémas mentaux inconscients qui guident chacun d’entre nous dans sa vie professionnelle. Combien je vaux ? N’ai-je pas raté ma vocation ? Y a-t-il une vie après le travail ? Et si je restais à la maison ? A partir de questions et de situations largement partagées, cet ouvrage vous permettra de considérer autrement votre parcours et de reprendre confiance en vous.

Vous serez mieux armé pour progresser, vous faire respecter, négocier votre réelle valeur, échapper au stress ou… découvrir enfin votre voie.



JPEG - 26.3 koDemailly, Lise
Politiques de la relation : approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles
Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2008 (Sociologie)

Pourquoi les métiers relationnels se développent-ils fortement dans notre société, qu’il s’agisse des métiers du travail sur autrui ou des professions de service ? Pourquoi les compétences relationnelles sont-elles exigées des salariés dans de très nombreux emplois ? Qu’est ce que le travail de relation ? Comment comprendre les transformations qui l’affectent aujourd’hui ? Voici les questions auxquelles tente de répondre cet ouvrage.

Il revisite la littérature sociologique, s’appuie sur les enquêtes personnelles de l’auteur et offre de nombreux exemples empiriques empruntés aux professions de service, aux métiers de l’éducation et de la formation, de la santé et de la santé mentale. Il propose des catégories et méthodologies permettant d’analyser les métiers relationnels : modes de professionnalisation, cadres sociaux des pratiques, construction de l’expérience, des savoirs et des compétences…

L’auteur explore les formes et les causes des transformations actuelles du travail de relation, notamment le développement du management moderne, le changement de statut des usagers, le développement des nouvelles technologies et les mythes de la rationalité. Elle montre le développement d’une politique de la relation de plus en plus pensable sous les catégories de l’intervention et de l’ingérence et la réfère à des mutations sociétales.

Ce livre s’adresse aux étudiants désireux de disposer d’un ouvrage de synthèse, aux chercheurs en sciences humaines et sociales, aux professionnels de la relation.



JPEG - 22.9 koBédère, Serge … [et al.]
Rencontrer l’autre parent : les droits de visite en souffrance
Toulouse : Ed. Erès, 2011 (Enfance et parentalité)

Pour l’enfant de parents séparés ou en conflit, les deux sources de sa filiation se sont disjointes et il a besoin de « passeurs » pour retrouver son chemin par des sentiers effacés ou interdits.

C’est un travail difficile, complexe, à l’issue incertaine que l’équipe du Point rencontre de Bordeaux accomplit en pionnier depuis sa fondation en 1986. Même si les droits de visite prescrits par le juge ne sont pas toujours réalisés, si de « bonnes » relations entre parents et enfants ne sont pas toujours rétablies, les intervenants garantissent par leur présence et leur discours la place de l’autre parent face à l’hostilité, au mépris ou au déni.

Ils permettent à la plupart des enfants concernés de restaurer un lien familial, dans l’objectif que ces familles puissent se passer ultérieurement de leur concours.



Sélection proposée parLaurence Wyss, bibliothécaire, Haute Ecole fribourgeoise de travail social

Site internet Bibliothèque

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Prémunir les jeunes contre les discours radicaux
Lundi 24.06.2019
Par Alain Ruffion
La question de la prévention primaire des radicalisations est cruciale. Comment agir auprès des enfants dès leur plus jeune âge pour les prémunir contre les discours des recruteurs ? La psychologie positive propose des pistes d’action.