Go Top

Septembre 2013 : détour dans les bibliothèques

JPEG - 19.9 koBlaya, Catherine
Les ados dans le cyberespace : prises de risque et cyberviolence
Bruxelles : de Boeck, 2013

« Happy Slapping », diffusion de photos ou films embarrassants sur la Toile, exclusion des réseaux sociaux, diffamation, « lynchages » d’enseignants sur des blogs sont de nouveaux modes d’expression de la violence des jeunes et entre jeunes. Les conséquences de ces violences sont graves et peuvent entraîner des problèmes de décrochage scolaire mais aussi de dépression, voire le suicide des victimes. Les agresseurs ne sont pas toujours conscients de la portée de leurs actes qu’ils situent dans un monde virtuel et montrent ainsi peu d’empathie pour leurs victimes. Les victimes quant à elles doivent faire face à un sentiment d’impuissance important devant une agression potentiellement diffusée à des centaines voire des milliers de personnes, 24 h sur 24 et 7 jours sur 7. Si les canaux de communication sont virtuels, l’impact dans la vie quotidienne et la souffrance sont bien réels. Les parents mais aussi les enseignants sont souvent démunis car peu au courant des activités des jeunes sur la Toile et parfois peu habiles eux-mêmes à utiliser ces outils de communication.

L’auteur propose, ici, une synthèse internationale des recherches sur ces nouvelles formes d’expression de violence, leurs caractéristiques, leurs conséquences. Elle envisage aussi le problème en lien avec le milieu scolaire et la violence à l’école et présente des résultats de recherche empirique inédits sur la situation française, montrant le lien entre ce qu’il se passe dans les établissements et les activités en ligne. Dans une deuxième partie, cet ouvrage présente une synthèse des politiques publiques et modes d’intervention possibles pour tenter de prévenir et réduire le phénomène.

Cet ouvrage de référence s’adresse aux professionnels de l’éducation, aux parents, aux travailleurs sociaux, aux étudiants en sciences sociales et en sciences de l’éducation et à tous ceux qui se sentent concernés par les questions sociales.



Couverture_BordeauxRichelle Jean-Luc
Une ville socioculturelle ? Animation médiatrice et politique jeunesse à Bordeaux : 1963-2008
Bordeaux : Carrières sociales éd., 2012

L’évolution des politiques publiques à l’égard des jeunes est ici étudiée à partir de la dimension spatiale de l’animation urbaine, dans les équipements collectifs, à travers des dispositifs et dans des espaces publics. La recherche présentée met en tension expérience de terrain et analyse théorique pour éclairer les enjeux d’une animation professionnelle qui applique une politique locale pour la jeunesse, tout en la fabriquant. Comment des animateurs professionnels, dans leurs rapports sociaux avec des jeunes, peuvent-ils concilier des objectifs contradictoires d’adaptation et d’émancipation ?

L’animation peut idéaliser une ville romantique qui fixe des citadins dans leurs quartiers. Elle peut distinguer des territoires prioritaires et discipliner des usages d’espaces. Elle peut aussi valoriser des mobilités urbaines et susciter des espaces publics de confrontation et de coopération. A partir d’un type d’animation qui opère des médiations territoriales et participe d’une urbanité flexible, l’auteur propose de dégager une ville socioculturelle.



Couverture_MorinMorin, Bernard
Accompagner vers la parentalité les personnes en situation de handicap
Lyon : Chronique sociale, 2013

Parents comme tout le monde  ?

Rencontrer un ou une amie, se projeter dans une vie de couple, désirer un enfant, souhaiter être parent, élever son enfant ou assumer sa parentalité… autant de réalités de vie qu’une personne en situation de handicap essaie de plus en plus de faire siennes.

Professionnels de l’accompagnement, les éducateurs sont amenés à répondre aux attentes nouvelles des personnes qui leur sont confiées. Sans une réflexion commune et de solides connaissances sur l’origine du handicap et ses incidences sur la construction du couple et le désir d’enfant, les réponses éducatives ne peuvent se faire que sur du subjectif, du ressenti ou par simple projection.

Cet ouvrage propose à la fois une lecture des mécanismes de la construction des liens et un canevas pour aider les équipes éducatives à accompagner les couples handicapés et leur désir d’enfant. Il présente également l’ensemble des dispositifs existant autour de ces familles, tout en soulignant l’urgence de la réflexion sur ces parentalités particulières et de la mise en place de services dédiés à la parentalité des personnes en situation de handicap.
- Lire aussi l’article de Daniela Ritzenthaler sur REISO : Autodétermination : « J’aimerais avoir un bébé »



Couverture_GourvilGourvil, Jean-Marie et Kaiser, Michel (dir.)
Se former au développement social local
Paris : Dunod, 2013

L’ouvrage offre les apports théoriques et les outils pédagogiques permettant de se former au développement social local. Il a pour objectifs :

  • d’inscrire le développement social local dans l’histoire des politiques sociales comme une nouvelle approche globale de l’action sociale ;
  • de déconstruire et reconstruire l’intervention sociale, pour qu’elle soit une aide au développement de la capacité d’agir des personnes dans leur environnement social ;
  • de clarifier les méthodes d’intervention et le positionnement des acteurs ;
  • de montrer l’importance de la connaissance du territoire de l’usager, de lui permettre de « l’habiter » ;
  • de mobiliser l’héritage de chaque profession, en dépassant les replis identitaires ;


Couverture_ViolencesFracchiolla, Béatrice [et al.] (dir.)
Violences verbales : analyses, enjeux et perspectives
Rennes : Les presses universitaires de Rennes, 2013

Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de recherches, sur et autour de la violence verbale, menées par un noyau de quatre chercheures en sciences du langage. Il présente une modélisation de la violence verbale, ainsi que les principales contributions des collègues ayant participé trois années durant aux séminaires conjoints MSH Paris Nord et MSH Montpellier, dans le cadre de rencontres pluridisciplinaires autour de la notion de violence verbale (2008 à 2010). Notre objectif premier était en effet d’explorer le champ des significations de ce que l’on entend couramment par « violence verbale » afin d’en proposer un modèle de compréhension ainsi que des outils de remédiation.

La violence verbale est-elle nécessaire ? Inévitable ? Peut-on y remédier ? L’éviter ? Comment et pourquoi ? Les approches sont diverses et décryptent ce phénomène social d’un point de vue sociologique, éducatif, discursif ou sociolinguistique. Les auteurs présentent des formes de synthèse de leurs travaux, à partir de situations concrètes et d’interactions ou discours in situ. L’ouvrage se compose de deux parties qui font état des liens entre la violence verbale et les discours sociaux, entre la violence verbale et les actes menaçants, entre la violence verbale et le système scolaire. L’ouvrage prétend ainsi également donner un aperçu de l’enrichissement méthodologique qu’apportent la confrontation comme le tissage interdisciplinaires.



Couverture_DroitLuze, Estelle de ; Page, Anne-Catherine ; Stoudmann, Patrick
Droit de la famille. Code annoté. Mariage – divorce, filiation, mesure de protection de l’adulte : art. 90-456 CC, LPart, art. 271-327a CPC
Lausanne : Bis et ter, 2013

Le droit de la famille, au sens le plus large du terme, concerne chacun d’entre nous, qu’il s’agisse de l’union conjugale ou de mesures de curatelle. Les dispositions légales concernées sont appliquées quotidiennement par les tribunaux et la jurisprudence joue un rôle important pour en définir la portée.

Ce nouvel ouvrage s’inscrit dans la ligne du Code pénal annoté et du Code annoté du droit du travail. Il recense la jurisprudence récente du Tribunal fédéral, ainsi que de nombreuses décisions cantonales en matière de mariage, de divorce, de régimes matrimoniaux, de filiation et de protection de l’adulte ainsi que de l’enfant.

Il contient également les dispositions du Code de procédure civile applicable en la matière et la loi fédérale sur le partenariat enregistré entre personnes du même sexe, ainsi que des références bibliographiques.

Le texte légal est mis à jour au 1er janvier 2013 et comprend ainsi les nouvelles dispositions sur la protection des mineurs et des adultes. Ces nouvelles normes sont explicitées par des extraits des travaux préparatoires, ainsi que par la jurisprudence qui demeure valable après l’entrée en vigueur du nouveau droit.

Un ouvrage indispensable à tous les praticiens de ce domaine du droit, qu’ils soient magistrats, avocats, notaires, tuteurs, assistants sociaux, etc.



Couverture_Dictionna­ireTaguieff, Pierre-André (dir.)
Dictionnaire historique et critique du racisme
Paris : PUF, 2013

Ce dictionnaire fournit les éclairages historiques et conceptuels sur tous les débats et controverses autour des attitudes et des comportements qui structurent l’espace du racisme – des modes de stigmatisation ordinaires jusqu’aux massacres de masse organisés. D’où le choix de prendre en compte autant ses frontières (intolérance, ethnocentrisme, xénophobie) que ses noyaux durs (différentialisme, déshumanisation, hantise du métissage), ainsi que ses diverses expressions idéologiques et ses modes de rationalisation, notamment dans l’histoire des négrophobies et des judéophobies. L’approche comparative (exclusion, couleur, nettoyage ethnique), l’analyse d’interactions sociales (discriminations, ségrégations, violences), l’étude de la formation d’attitudes racialisées (anti-Noirs, anti-Juifs, anti-Blancs, anti-immigrés), jusqu’à la discussion des théories du complot, du multiculturalisme, du nationalisme, de l’ethnisme ou du populisme, dessinent le cadre de cette réflexion.

Ouvrage sur les formes multiples de l’hétérophobie, ce dictionnaire est une réponse raisonnée et critique aux angoisses et inquiétudes que suscitent la mondialisation et la mixophobie qui l’accompagne. Il permet ainsi de comprendre ce que le « nouveau racisme », ce racisme sans races ni assertion d’inégalité, peut signifier.

Il comprend 540 articles rédigés par 250 spécialistes pour lutter contre les racismes en connaissance de cause et avec la lucidité requise.



Couverture_TabinTabin, Jean-Pierre et Togni, Carola
L’assurance chômage en Suisse : une sociohistoire (1924-1982)
Lausanne : Antipodes, 2013

L’histoire de l’assurance chômage débute peu après la fin de la Première Guerre mondiale. La structure choisie en 1924, encore pérenne près d’un siècle plus tard, se caractérise par une gestion décentralisée et partiellement privatisée de l’assurance. À l’époque, les caisses syndicales, largement majoritaires, sont acculées financièrement et acceptent un subventionnement de l’État qui leur est particulièrement défavorable. Entre 1924 et 1977, l’assurance reste facultative et seul·e·s les salarié·e·s cotisent. La loi actuelle sur l’assurance chômage et insolvabilité est quant à elle introduite en 1982.

Le livre analyse le rôle qu’ont joué les organisations syndicales et patronales dans le développement de l’assurance chômage. Il montre les conséquences de la participation syndicale à la gestion de l’assurance et les enjeux politiques et sociaux liés à chacune des réformes de l’assurance.

Les chapitres qui composent ce livre permettent de se faire une idée précise des conflits qui ont émaillé l’histoire de cette assurance comme des consensus qui ont soutenu son développement, notamment celui sur la centralité de l’emploi et celui sur qui est responsable de l’indemnisation de la perte d’emploi.

Premier ouvrage complet sur l’histoire de l’assurance chômage en Suisse, ce livre basé sur une riche documentation comble une lacune et est appelé à devenir rapidement un livre de référence.
- Lire aussi l’article de ces deux auteurs sur REISO : Les syndicats et la loi sur l’assurance chômage.



Sélection effectuée parMireille Salvi, Médiathèque de la Haute école de travail social, Sierre

Site internet Médiathèque

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les incohérences du prix des médicaments
Jeudi 23.05.2019
Par Josef Hunkeler
Des milliers de médicaments sont vendus en Suisse. L’autorité nationale de surveillance n’a toujours pas trouvé le moyen de réguler ce marché dans l’intérêt du patient. Pourquoi donc la fixation des prix est-elle si complexe?