Go Top

Mai 2016 : détour dans les bibliothèques

JPEG - 5.7 ko

Stroumza, Kim & Messmer, Heinz (Dir.)
Langage et savoir-faire : des pratiques professionnelles du travail social et de la santé passées à la loupe
Genève : Editions IES, 2016

Dans les champs du travail social et de la santé, la relation au langage est profondément ambivalente et source de multiples tensions. D’une part, les professionnels sont poussés à expliciter ce qu’ils font, à rendre des comptes, à traduire dans une forme verbale standardisée la finesse de leurs pratiques, d’autre part, le langage se trouve au coeur des phénomènes d’empathie, d’écoute et de création de liens que les professionnels considèrent comme constitutifs de leurs pratiques.

Les connaissances du champ de la linguistique sont convoquées ici afin d’analyser et de montrer – à un public toutefois non spécialiste – comment le langage en activité contribue au déploiement des savoir-faire professionnels. Aborder l’exercice des pratiques professionnelles à partir du langage permet de rendre visibles ou sensibles des processus centraux pour celles-ci (pouvoir, discrimination, empathie, reconnaissance, vulnérabilité, diagnostic…) au-delà d’un lieu psychique interne (résonnance, ressenti), au-delà d’un lieu externe à la pratique (contexte institutionnel, déterminismes sociaux, propriétés de la personnalité). A travers cet ouvrage, l’analyse linguistique voudrait offrir davantage de pouvoir d’agir aux professionnels et aux étudiants.


 

JPEG - 10 ko

Le Goaziou, Véronique
Éduquer dans la rue
Rennes : Presses de l’EHESP, 2015

Née à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la prévention spécialisée a élaboré une doctrine d’action spécifique à destination des enfants et des jeunes en danger ou dangereux, plus largement des jeunes (et moins jeunes) en situation d’inadaptation sociale. Présents sur les territoires et misant sur l’éducabilité de leurs publics, les éducateurs de rue ont mis en place des pratiques originales et alternatives au travail social classique et ont été reconnus comme des acteurs clés pour prévenir la marginalisation. Mais depuis les années 1980, avec la prédominance dans le débat public des questions d’insécurité, de délinquance, d’identité et de radicalisation religieuse, un vent mauvais souffle sur la prévention spécialisée qui doit prouver son utilité et son efficacité.

Par un décryptage fin de ses ambitions, de ses pratiques comme de ses limites, Véronique le Goaziou met en lumière l’intelligence de ce métier : des postures, gestes, savoir-faire et techniques font des éduc’s de rue des praticiens hors pair de l’accompagnement social et éducatif. Si les défis à relever ne manquent pas (insertion professionnelle, logiques de groupe, sorties de délinquance.. .), la prévention spécialisée met en oeuvre une expertise indispensable pour que l’éducatif prenne ou reprenne une place forte dans les politiques sociales.

Cette analyse de la place de la prévention et de l’intervention éducative au prisme des impatiences de notre temps s’adresse à tous les professionnels socio-éducatifs, ainsi qu’aux décideurs et acteurs des politiques d’aide aux publics en difficulté.


 

JPEG - 10.6 ko

Dourthe, Jérémie
Construire et animer un atelier mémoire : outil pour le psychologue et les animateurs
Lyon : Chronique sociale, 2016

L’essor des ateliers mémoire auprès des personnes dites « âgées » doit amener les professionnels à se poser quelques questions :

  • qu’est-ce qu’un atelier mémoire ?
  • quelles sont les activités que l’on y propose ? Dans quel but ?
  • sur quelle conception de la mémoire (et plus largement, du psychisme) s’appuie-t-on ?
  • de qui est composé ce groupe de personnes ?

L’auteur défend l’idée qu’un atelier mémoire est plus qu’une simple « stimulation cognitive » et que la demande des participants de venir faire travailler leur mémoire est complexe. Le cadre proposé prend le prétexte du travail autour de la mémoire comme une porte d’entrée pour pouvoir enclencher un travail plus global d’élaboration psychique.

Cet ouvrage, issu de nombreuses expérimentations, permet de répondre sur plusieurs niveaux à la demande « à tiroirs » des participants : venir faire travailler sa mémoire, venir mettre en travail, par le prisme de cette fonction fort complexe, les mouvements que ne manque pas de susciter le vieillissement sur le psychisme du sujet. L’ouvrage, par ses nombreuses activités et outils d’analyse, est une boîte à outils permettant à chacun de construire un atelier adapté à son contexte d’intervention.


 

JPEG - 8.1 ko

Enjolras, Franck
Santé mentale et adolescence : entre psychiatrie et sciences sociales
Nîmes : Champ social, 2016

Pour les adolescents, c’est une évidence : le rapport au social représente une part importante de leur vécu, de leur souffrance. Leur rapport à l’autre, à la dépendance, au sacré, au corps, à la mort, n’est souvent qu’un écho général à ce qui se passe ailleurs dans la société. Ils jouent de leur corps, le maltraitent parfois, ils en font usage à hauteur de l’inacceptable. Ils bousculent les a priori, ils révoquent l’ordre social, ils ne font pas que contester l’autorité, ils interrogent surtout sa pertinence et sa légitimité. En raison d’une demande accrue de consultation les concernant, ils se trouvent régulièrement projetés sur la scène clinique. Ils y arrivent rarement seuls. Ils y viennent accompagnés par les parents, les proches, les éducateurs, les juges, les professeurs, la médecine scolaire. C’est là, dans ces relations, dans ces interactions, que l’on prend, en quelque sorte, le pouls d’un monde ; c’est ici même que l’on peut prendre la mesure des tensions, des aléas, des revers et des modifications sociales, ou tout simplement des effets du social, sur leur psychisme.

L’auteur situe essentiellement l’espace du soin dans l’articulation entre l’intime, le singulier et le facteur social, tout comme la psychothérapie institutionnelle qui posait la question du soin entre singulier et collectif, dans une démarche structurale et non phénoménologique.


 

JPEG - 11.1 ko

Drieu, Didier, Pinel, Jean-Pierre… [et al.]
Violence et institutions
Paris : Dunod, 2016

Violence et institution sont indissociablement liées. Agirs, empêchements de penser, attaques des liens et de la groupalité, défaite des articulations théorico-cliniques, violences contre l’altérité et l’histoire sont autant de manifestations d’une destructivité qui ne trouve à s’intriquer et à se symboliser.

Référés diversement à la psychanalyse, mais partageant une commune attention à l’écoute des groupes et des équipes instituées, S. Blondeau, A.-L. Diet, E. Diet, D. Drieu, G. Gaillard, J.-P. Pinel, P. Roman et J.-P. Vidal explorent la problématique de la violence dans ses rapports à l’institution. Les contributions réunies dans cet ouvrage visent à caractériser et analyser les nouvelles formes de violences associées aux transformations actuelles du métacadre social et culturel. Chaque contributeur se donne pour objet, à sa manière, d’éclairer les violences contemporaines, celles des sujets accueillis dans leurs pathologies, mais aussi celles plus insidieuses qui proviennent du métacadre social et culturel.

Les élaborations proposées par chaque auteur ouvrent des perspectives pour penser les violences institutionnelles contemporaines et caractérisent les dispositifs permettant leur transformation dans une visée symbolisante et humanisante.


 

JPEG - 13 ko

Ott, Laurent
Philosophie sociale : une philosophie pour tous les acteurs sociaux et éducatifs
Lyon : Chronique sociale, 2016

La philosophie correspond généralement à un mauvais souvenir pour les étudiants. Ils ont la mémoire d’une matière qu’ils n’ont connue le plus souvent qu’une seule année, dans l’unique optique de l’examen et de la note au Bac qui devait en découler. Parce que la Philosophie peut être trop souvent, pour reprendre l’expression de C. Freinet, comme « de l’eau pour un âne qui n’a pas soif », il convient de jeter les bases de ce qui pourrait être une « Philosophie sociale » utile à tous les éducateurs, acteurs sociaux et éducatifs (professionnels ou non). Cette « Philosophie sociale », parce que sociale, se doit d’être une philosophie de tous et pour tous ; c’est-à-dire une philosophie absolument débarrassée de toutes les déconnexions d’avec notre vie et notre monde. Nous avons besoin de concepts, non seulement pour comprendre, mais (plus simplement encore) pour saisir et savoir percevoir le monde et la réalité qui nous entourent. Sans ces mots, sans ces concepts, nous sommes abusés par l’évidence et l’immédiateté de tout ce qui nous conditionne, programme ou opprime : institutions, médias, discours dominants, illusion « naturelle » d’un « ordre des choses », qui est toujours idéologique.

Cet ouvrage est un outil d’aide à la réflexion et à l’action pour tous les travailleurs sociaux, les enseignants, les militants d’éducation populaire… Il est aussi un outil de travail pour les étudiants en travail social, en animation…


 

JPEG - 10.3 ko

Soulet, Marc-Henry (Ed.)
Jeunesses précaires
Fribourg : Academic Press, 2015

Jeunes précaires, jeunes en difficulté, jeunes à problèmes. Les formulations reviennent à l’envi dans les discours médiatiques et les prises de position politiques. Mais en quoi les conditions contemporaines du passage à l’âge adulte sont-elles susceptibles de rendre ce dernier problématique et en faire un problème social ? En quoi l’allongement contemporain de cette période de latence et le brouillement des cycles de vie dans les trajectoires biographiques contribuent-ils à rendre socialement délicat ce moment de l’existence ? En quoi les dynamiques du marché du travail, malgré les mesures d’insertion déployées en sa direction, rendent-elles l’accès à l’emploi problématique pour la jeunesse et enferment-elles certaines catégories d’entre elles dans une forme de « précariat » institutionnalisé ? En quoi les préoccupations sociétales sur la crise économique et sur la difficulté à profiler un environnement clair et stable participent-elles à redoubler l’incertitude des jeunes sur leur présent et leur avenir ? En quoi les politiques de la jeunesse, aussi nombreuses que contrastées, parviennent-elles à atteindre leur double objectif d’intégration et de participation sociales pour contrer les effets délétères de la précarisation des jeunes ?


 

JPEG - 13.2 ko

Sancho, Geneviève
La langue des signes française au service des personnes avec autisme
Louvain-la-Neuve : De Boeck, 2015

Comment communiquer autrement qu’en passant par le canal auditivo-phonatoire lorsqu’on est une personne avec autisme, entendante et dite « non verbale » ? Comment connaître le développement affectif, intellectuel et identitaire que permet le langage ?

Si les personnes avec TSA présentent un déficit des compétences verbales, elles excellent souvent dans les techniques visuelles. La langue des signes s’avère alors être une solution adaptée pour leur permettre de communiquer, développer leur pensée et s’épanouir.

Si l’importance de la langue signée pour les personnes avec TSA est reconnue aux États-Unis depuis plus de 35 ans, la France accuse un certain retard. Geneviève Sancho sort ainsi des sentiers battus et propose une approche nouvelle en France, qui inclut une perspective linguistique et culturelle, pour les personnes avec autisme et leur entourage.

Afin de mieux guider le lecteur, cet ouvrage donne accès gratuitement à des vidéos explicatives permettant, entre autres, de se familiariser avec la langue des signes française et de mieux comprendre ses spécificités.


 

JPEG - 19.6 ko

Demarquet, Frédéric
Manuel systémique d’accompagnement de la personne
Paris : L’Harmattan

La systémique est une manière à la fois efficace et respectueuse d’aborder la relation, la résolution des problèmes humains et le développement des potentiels. Elle trouve des champs d’application variés dans le cadre de l’entreprise et également dans la vie de tous les jours. Les aspects pratiques et opérationnels traités dans cet ouvrage s’appuient sur des fondements théoriques issus de la théorie des systèmes, de la théorie de l’information, du constructivisme et de la communication interpersonnelle.

L’objet de ce livre est de présenter de manière didactique des techniques issues de ces théories complexes afin que chaque personne en situation d’accompagner d’autres personnes puisse puiser au fil de la lecture une source d’inspiration précise au service de l’exercice de son métier. Il s’adresse aussi bien à des coachs qu’à des accompagnants en développement personnel, des managers, des acteurs des ressources humaines, des consultants, formateurs, enseignants, des travailleurs sociaux, du personnel médical ou paramédical et tout autre métier ou activité qui suppose une posture d’accompagnement. Enfin, il apportera des éclairages concrets à toute personne s’intéressant à la relation et aux mécanismes du changement.


 

JPEG - 13.3 ko

Saby, Annie
L’annonce du handicap d’un enfant : au cœur de l’intime
Paris : L’Harmattan : 2016

L’annonce du handicap d’un enfant est un traumatisme pour les parents ; c’est aussi une expérience douloureuse pour les professionnels.

L’auteure, mère d’une jeune femme polyhandicapée, nous fait partager son vécu de l’annonce du handicap de sa fille. Puis, elle va à la rencontre d’autres parents concernés et elle nous fait part de leurs témoignages. Elle n’hésite pas à aller écouter aussi des professionnels qui lui parlent de leur pratique.

C’est dans un cadre intime que les vécus se dévoilent. Les textes de l’auteure viennent restituer à chacun sa propre histoire, mettre des mots sur des douleurs enfouies.

L’ouvrage comporte une postface de Patrick Hollender, psychanalyste.


 

Sélection effectuée parLoïc Diacon, Infothèque de la HETS Genève

Site internet Infothèque

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les incohérences du prix des médicaments
Jeudi 23.05.2019
Par Josef Hunkeler
Des milliers de médicaments sont vendus en Suisse. L’autorité nationale de surveillance n’a toujours pas trouvé le moyen de réguler ce marché dans l’intérêt du patient. Pourquoi donc la fixation des prix est-elle si complexe?