Go Top

Janvier 2016 : détour dans les bibliothèques

JPEG - 9.2 ko

Deshays, Annick
Je suis autiste et je pense le monde : entretiens avec mes frères
Paris : Lemieux éditeur, 2015

« Libre dans ma tête malgré toutes mes dépendances dues moins à mon autisme qu’au syndrome de Rett qui fige mes membres et mes mouvements, je veux témoigner qu’une vie est précieuse et unique. »

Ainsi commence le témoignage, ou plutôt le livre de réflexions et de conversations par mail qu’entreprend Annick Deshays avec sa famille, et particulièrement son dernier frère, Thomas, qui vit à New York.

« Je veux témoigner qu’une vie est précieuse et unique »

Depuis une vingtaine d’années, l’auteur, autiste mutique, est aussi une pionnière : elle pense le monde et communique grâce à une machine d’aide à la communication (AICO).

Dans ce livre, Annick Deshays s’est lancé avec brio dans un canevas philosophique sur le monde qui l’entoure : c’est avec humour, subtilité, profondeur, gourmandise qu’elle engage des dialogues via Internet avec ses frères, complices mais sans concession, sur tous les sujets. Pourquoi Victor Hugo a t-il attribué le matricule 24601 au bagnard Jean Valjean ? Quelle est la place d’un autiste dans le monde capitaliste ? Comment accompagner un fonctionnement cérébral si particulier ? Quelles sont les utopies imaginées par un autiste ? Des propos tantôt légers, tantôt profonds, joyeux ou douloureux mais toujours libres. Car c’est bien de cela dont il s’agit : le livre d’un esprit libre.



JPEG - 10.7 ko

Aftalion, Florin
Le salaire minimum
Nice : Libréchange, 2014 (Habeas corpus)

Le salaire minimum est un outil majeur de politique économique. Ses conséquences sont violemment controversées. Est-il un outil efficace dans la lutte contre la pauvreté, comme le prétendent ses partisans ? Provoque-t-il du chômage chez les jeunes sans formation, comme l’affirme ses adversaires ?

La plupart des responsables politiques répondent favorablement aux demandes venant du monde du travail et des syndicats. D’où en France un SMIC élevé. Serait-il responsable d’un trop grand nombre jeunes chômeurs ? Aux Etats-Unis, certains Etats fédérés adoptent des salaires minimums locaux supérieurs au salaire minimum fédéral trop faible à leur goût. Quelles sont les conséquences de cette double politique ?

Les économistes cherchant à comprendre quels sont les effets du salaire minimum par la théorie aussi bien que par l’observation empirique s’opposent car leurs conclusions divergent souvent. Quel camp a raison ? Etant donné les rigidités dont souffre la France, comment serait-il possible de réformer le SMIC ?



JPEG - 13.3 ko

Chauvaud, Frédéric, sous la dir. De
Le droit de punir : du siècle des Lumières à nos jours
Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012 (Histoire. Justice et déviance)

En 1930, quelques années après avoir publié ses Souvenirs de la Cour d’assises, André Gide suggérait que la punition devrait tenir compte de la personnalité des criminels. Comment punir quelqu’un que l’on ne connaît pas ?, se demandait-t-il, ajoutant qu’« il est, sur la carte de l’âme humaine, bien des régions inexplorées ». Régulièrement, avec plus ou moins d’intensité, le droit de punir a été et reste l’objet de réflexions, de controverses, de propositions de loi, de demandes de réformes. Les débats sont tantôt vifs et profonds et semblent concerner le plus grand nombre, tantôt ils s’appauvrissent et restent réservés aux « spécialistes » qui dans des manuels ou des ouvrages d’histoire du droit pénal présentent ce dernier comme le droit de réprimer ou de sanctionner les auteurs d’infractions. Mais quel sens faut-il donner à la peine si elle n’est pas accompagnée d’autres mesures ? Est-elle une sorte d’horizon d’attente, une fiction des sociétés contemporaines qu’il faut bien entretenir ? Ne faut-il pas « remettre à plat » la justice pénale et se demander si après avoir puni il est possible de guérir ou de rendre un citoyen à la société ?

La « pénalité » doit conserver son utilité écrivent les uns et les autres. Mais faut-il punir le crime ou plutôt les criminels ? Faut-il punir de la même manière les enfants, les fous et les récidivistes ? Que doit-on faire à l’époque de l’Empire français dans les colonies ? Ne conviendrait-il pas de se demander à nouveau pourquoi punir ? et de réfléchir à l’efficacité de la justice répressive ? La justice d’expiation et la « rédemption du coupable » ne suffisent pas, la peine est devenue aussi un enjeu symbolique et un moyen de communication, voire une « arme pénale ».

Deux siècles après le Code pénal de 1810, une réflexion sur l’histoire du droit de punir et son actualité s’imposait, mais il fallait multiplier les approches disciplinaires, car le droit de punir ne relève pas seulement de considérations abstraites ou de joutes philosophiques. La pragmatique de la punition mérite aussi d’être examinée. Trois entrées ont donc été retenues (le droit de punir en question, connaître et pardonner, sanctionner les déviants) à partir du siècle des Lumières jusqu’à nos jours. Nul doute que l’histoire de la « punissabilité » permet de penser et de comprendre les sociétés du passé comme celle d’aujourd’hui.



JPEG - 13.1 ko

Dewulf, David
Mindfulness : la pleine conscience pour les enfants : confiance en soi, équilibre, maîtrise des émotions
Louvain-la-Neuve : De Boeck, 2015 (Comprendre. Développement personnel)

Le terme mindfulness, ou pleine conscience, trouve son origine dans les techniques bouddhistes de méditation. Au lieu de toujours tendre vers des buts éloignés dans l’avenir, la pleine conscience apprend à être présent à ce qui est là, dans l’instant, avec une attention bienveillante et ouverte. Depuis quelques années, la pleine conscience est devenue une des méthodes les plus importantes pour apprendre à gérer le stress.

Elle se base sur la méditation, une technique d’entraînement de l’attention qui peut aider les adolescents à traverser les hauts et les bas de cette étape de vie stressante et délicate. Sous la forme d’un programme en 8 étapes, ce livre montre comment la pleine conscience peut être une voie vers une meilleure concentration, une meilleure confiance en soi, moins de ruminations mentales et un plus grand respect de soi.



JPEG - 14.2 ko

Ben-Ayed, Choukri
La mixité sociale à l’école : tensions, enjeux, perspectives
Paris : A. Colin, 2015 (Sociétales)

La mixité sociale à l’école est régulièrement mobilisée dans les débats scolaires comme une nécessité, sans pour autant se traduire en politique publique. Cette situation est d’autant plus préoccupante lorsque l’on connaît les préjudices associés à l’accroissement des ségrégations : inégalités accrues, sentiments de discrimination, tensions interethniques, montée du racisme et du rejet de l’autre. En dépit de ces enjeux, on observe un décalage considérable entre les discours politiques, qui louent les vertus de la mixité sociale, et les actions effectives sur fond de dérive des inégalités scolaires.

Pourquoi un tel décalage, notamment depuis les mesures d’assouplissement de la carte scolaire ? En quoi ces évolutions ont-elles concouru à l’aggravation des ségrégations et des inégalités de réussite scolaire en France ? Dans ce contexte comment définir la mixité sociale à l’école, ses usages, ses fonctions ?

L’auteur analyse des questions jusque-là peu traitées et montre que des perspectives d’actions en matière de réduction des ségrégations scolaires passent par un dépassement de l’opposition entre étatisme et localisme et par des modalités de réduction très significative des inégalités de conditions de scolarisation, dans les territoires les plus en difficulté.



JPEG - 10.5 ko

Lassalle, Grégory
L’aventure : les migrants africains sur la route de l’Europe
Paris : Non-lieu, 2014

Fin 2011, trois jeunes Ivoiriens (Loss, Madess et Moussa) rentrent clandestinement en Europe par la frontière gréco-turque. Grégory Lassalle les a suivis caméra à l’épaule pendant un an. Ce livre complète et précise son documentaire tourné en 2012.

De Nea Vyssa (poste frontière grec) à Paris, ce livre retrace l’itinéraire et les errances des trois migrants à travers l’Europe. La première partie explore les conditions de vie des migrants à Athènes, dans le quartier d’Omonia : leurs combines pour survivre dans l’attente de pouvoir poursuivre leur route ; leurs relations tendues avec la population grecque excitée par les militants xénophobes d’Aube dorée ; les conflits entre groupes de migrants… Puis nous suivons Loss, Madess et Moussa dans leurs différentes tentatives pour quitter la Grèce (par avion ou en train) et leurs pérégrinations à travers l’Europe (Macédoine, Serbie, Hongrie). Enfin, le livre se clôt sur leur arrivée en France, sur leurs espérances et leurs désillusions.

Au-delà du portrait singulier de ces trois migrants ivoiriens, le livre décrit, sans jamais porter de jugement, une réalité contemporaine, celle des migrations liées aux écarts de développement et montre que la route principale de l’immigration subsaharienne vers la citadelle Europe passe par les Balkans.



JPEG - 10.2 ko

Piller, Jean-Daniel
Terrasser le serpent : itinéraire d’un toxico résilient
Lausanne : Favre, 2014

« À quarante-quatre ans, la dope est ma compagne depuis plus de trente ans. Trois décennies à esquinter mon système, à tout foirer, à aligner les overdoses, les sevrages éphémères, les rédemptions sabotées et les rechutes… Là, je ne me fixe plus depuis cinq ans, mais le combat n’est jamais achevé, il faut toujours lutter. »

Le problème de la drogue est aussi aigu et méconnu aujourd’hui que dans les années 80, quand la société prenait conscience de son emprise à travers le choc des scènes ouvertes. Mais les jeunes ne partent pas à la dérive uniquement dans les grands centres urbains, comme ce témoignage édifiant vient le rappeler. Beaucoup de toxicomanes ont passé leur vie à flirter avec la mort et celui-ci ne déroge pas à la règle, même si son ton est résolument vivant et porteur d’espoir.

L’auteur a fait deux promesses lors de son incarcération en 2005 : se raconter à ses enfants dont il était séparé, et passer le reste de sa vie à intervenir dans le domaine de la prévention. Ce livre, né d’une série d’entretiens avec un journaliste, en est le fruit.

Touchant, drôle, par moments cru et rocambolesque, cet ouvrage fait aussi droit à une réalité récurrente de la toxicomanie : la rechute. C’est un témoignage que devrait connaître toute personne travaillant dans le social, la détention, la justice ou la police. Il sera d’un grand apport à toutes les familles et les proches de personnes qui se battent avec une addiction. Finalement, c’est un ouvrage qui se lit comme un roman tout en apportant des clés pratiques accessibles à tous.



JPEG - 11.2 ko

Pharo, Patrick
La dépendance amoureuse : attachement, passion, addiction
Paris : PUF, 2015

A partir de témoignages et fictions littéraires ou cinématographiques (d’Ovide à Xavier Dolan en passant par Héloïse, Proust ou Jacques Demy) sur des passions amoureuses destructrices ou salvatrices, l’ouvrage explore le « chimisme » moral de la dépendance amoureuse et son expression particulière dans les sociétés libérales.

S’inspirant des neurosciences et de la psychologie de l’évolution qui relient l’amour romantique à la sélection sexuelle et parentale, il considère l’attachement amoureux comme une dépendance primordiale aux sentiments d’autrui dont le mécanisme repose, comme celui des drogues, sur les circuits neuronaux de la récompense.

La première partie du livre propose une sorte de diaporama des différentes « scènes » neurochimique, ancestrale, enfantine et culturelle de la dépendance amoureuse ; la seconde explore ses parcours éthiques : care, possession et soumission, obsession du tiers et amours plurielles, folies d’amour, avant de dessiner une nouvelle « Carte de Tendre » contemporaine, plus libre que celle du XVIIe siècle, mais aussi plus exigeante du point de vue de l’éthique de l’intime grâce aux vertus du soin érotique mutuel.



JPEG - 12 ko

Bolle de Bal, Marcel
Le travail : une valeur à réhabiliter : à reconsidérer ? réévaluer ? revaloriser ? réhabiliter ? : cinq textes sociologiques et philosophiques inédits
Saint-Pierre-de-l’Isle : Mes cahiers de lecture, 2015

Déclin de la valeur " travail " ? Allergie au travail ? À rebours de ce que laissent souvent croire les médias, le travail humain demeure un élément essentiel de notre société, un vecteur de sens : moyen de subsistance, de reliance à soi et aux autres, créateur d’identité, générateur de solidarité, producteur de citoyenneté. Mais de quel emploi s’agit-il ?

Le travail, c’est bien. Le contenu de travail, c’est (ce devrait être) mieux. Comment faire pour que le travail redevienne uvre ? En abordant le lien du chômage à la reliance, en analysant l’impact des nouvelles technologies sur le travail et en se penchant sur l’éthique des affaires, Marcel Bolle De Bal reformule, avec originalité et rigueur, les termes d’un débat devenu central dans nos sociétés occidentales.



JPEG - 17.1 ko

Bouvet, Cyrille, sous la dir. de
22 grandes notions de psychologie clinique et de psychopathologie
Paris : Dunod, 2014 (Psycho Sup. Psychologie clinique)

L’attraction, voire la fascination, des étudiants pour la psychologie clinique dure depuis plusieurs décennies et résiste à la difficulté des études, à la sélection sévère pour l’entrée en deuxième année de master (année qui permet de devenir psychologue) ainsi qu’aux difficultés d’insertion professionnelle qui marquent cette discipline depuis longtemps. L’intérêt pour la vie psychique, la vie émotionnelle, la souffrance psychique, la « folie », la relation d’aide, l’humanisme, qui caractérisent les activités cliniques, ou encore l’intérêt pour se comprendre et s’aider soi-même, sont des éléments qui concourent certainement à ce succès.

Cet ouvrage a comme objectif de présenter non seulement ce qu’est la psychologie clinique en tant que discipline théorique et scientifique, mais aussi ce qui fait concrètement le travail du psychologue clinicien. Clair et accessible, d’une grande rigueur professionnelle et scientifique, il a donc pour vocation première d’accompagner et d’aider les étudiants de licence en psychologie clinique, dans leur compréhension de cette discipline ainsi que dans leurs révisions pour les examens qu’ils doivent passer à l’université.



Sélection proposée parLaurence Wyss, bibliothécaire, Haute Ecole fribourgeoise de travail social

Site internet Bibliothèque

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les incohérences du prix des médicaments
Jeudi 23.05.2019
Par Josef Hunkeler
Des milliers de médicaments sont vendus en Suisse. L’autorité nationale de surveillance n’a toujours pas trouvé le moyen de réguler ce marché dans l’intérêt du patient. Pourquoi donc la fixation des prix est-elle si complexe?