Go Top

En «Première ligne» pour réduire les risques des drogues

Vendredi 30.08.2019

Le journal Première ligne, de l’Association genevoise de réduction des risques liés aux drogues, fait le point sur les évolutions politiques récentes au niveau international et régional.

Premiere LIgne 31La dernière édition de Première ligne présente notamment le nouveau dispositif de Drug Checking, la Halte de nuit et le futur Sleep-in aménagé dans le Quai 9.

Ce numéro présente aussi une réflexion du directeur, Serge Longère, sur les effets délétères de la politique internationale des drogues. Extraits.

«Le dispositif international de lutte contre la drogue repose sur une idéologie d’un système qui permettrait l’éradication totale de la consommation et de la production de stupéfiants. Si cette manière de penser pouvait avoir une certaine légitimité il y a cinquante ans dans le contexte de l’époque, poursuivre cette quête, alors que de nombreux rapports en démontrent l’inefficacité, laisse songeurs bons nombres d’observateurs et d’ONG. En effet, depuis les années 60 et malgré le choix d’une politique répressive, le nombre de consommateurs de stupéfiants n’a cessé d’augmenter. Une politique qui aura contribué à la multiplication du nombre de réseaux mafieux souvent violents qui contrôlent encore aujourd’hui le marché. Elle aura aussi contribué, entre autres, à la marginalisation croissante des consommateurs de drogue et aura eu pour conséquence directe une désinsertion sociale et une entrée dans la précarité pour bon nombre d’entre eux.

[…] Plus de 100 milliards de francs sont dépensés chaque année dans cette guerre contre la drogue. Ce montant astronomique grève les autres budgets consacrés à la politique des drogues. Pourtant, seule une infime partie de cette somme suffirait à couvrir les besoins en matière de prévention et de réduction des risques.»

Première ligne août 2019, en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Focale sur les artistes en situation de handicap
Lundi 18.11.2019
Par Teresa Maranzano
Depuis dix ans, un programme s’engage pour les artistes suisses en situation de handicap. Il accompagne une trentaine de créateur·trice·s, organise des expositions pour les faire découvrir au public et défend leurs droits d’auteurs.