Go Top

Non, les bénéficiaires ne profitent pas de l’aide sociale

Mardi 14.11.2023

Les préjugés et autres idées reçues qui collent à la peau des personnes recourant à l’aide sociale ont la vie dure. Un podcast de dix épisodes, proposé par l’Hospice général à Genève, entend y couper court.

podcast aide sociale etiquette geneve hsopice general geneve reiso 400© Hospice généralIl suffit d’un divorce, d’un décès, d’un licenciement… Il suffit d’un événement imprévu de la vie pour que tout vacille et que l’on n’ait plus le choix de se tourner vers des soutiens étatiques pour subvenir à ses besoins ou ceux de sa famille. Pourtant, recourir à l’aide sociale demeure une démarche qui n’est pas évidente, notamment en raison des préjugés que cela peut générer auprès de ses interlocuteurs et interlocutrices.

Afin de tordre le cou aux idées reçues, l’Hospice général, en collaboration avec le quotidien Le Temps, publie un podcast intitulé « L’Étiquette ». Cette série de dix épisodes de 16 à 17 minutes donne à entendre le témoignage de bénéficiaires confronté·e·s au jugement des autres, mais aussi à leur propre regard. Cinq numéros sont déjà disponibles : « Le poids des étiquettes », « La brèche », « Vive avec moins », « Dans les méandres administratifs », ainsi que « Ce n’est pas de la flemme ». Ce sujet présente la réalité difficile d’Edilene qui, comme une part grandissante de la population genevoise, travaille dur sans parvenir à joindre les deux bouts. Le reste de la série sera publié de manière bimensuelle jusqu'au 18 janvier 2024.

Différentes problématiques marquent cette série, comme le logement, la santé mentale ou la question du manque d’argent. Par ailleurs, chaque numéro repose sur différentes perspectives : dans « Dans les méandres administratifs », par exemple, la voix de Séraphine, bénéficiaire, croise celle de Laurence, assistante sociale.

(Céline Rochat)

Écouter le podcast

L'affiche de la semaine

Dernier article

Vivre les joies d’un camp entre pair·es malvoyant·es
Lundi 08.07.2024
Par Valérie Caron
Pendant un «Camp Abilities», des jeunes avec déficience visuelle pratiquent des activités physiques adaptées, encadré·es par des étudiant·es universitaires qui mettent en pratique les notions acquises de manière académique.