Go Top

L’éthique médicale vue et commentée par Jean Martin

Jeudi 04.02.2016

A l’occasion d’une conférence de Jean Martin sur l’éthique médicale, REISO a sélectionné une quarantaine d’articles et de recensions du médecin de santé publique publiés dans la revue depuis 2010.

Dr Jean Martin, médecin de santé publique, ancien médecin cantonal vaudois, collaborateur régulier de REISO, suit attentivement les publications, rapports, ouvrages, romans, et même une bande dessinée, qui parlent des enjeux actuels de la santé. Nous avons sélectionné 40 articles, textes, recensions et commentaires publiés dans notre revue ces six dernières années et les avons classés dans sept rubriques. Ils témoignent tous d’un même intérêt pour l’éthique médicale. En fait, pour l’éthique tout court.

  1. Les relations soigné-soignant et les droits des patients
  1. Que faut-il entendre par « médecine personnalisée » ?
  1. La transplantation d’organes
  1. Enjeux au début de la vie : procréation médicalement assistée (PMA) ; contraception, interruption de grossesse ; diagnostic préimplantatoire et diagnostic prénatal, manières nouvelles de « faire famille »
  1. Enjeux en fin de vie : respect de la volonté du patient ; « acharnement thérapeutique » et/ou soins palliatifs/de confort, assistance au suicide
  1. Amélioration de l’être humain (enhancement). Prolongation de la vie (vers l’immortalité ?!), amélioration des performances, dopage
  1. Places et rôles respectifs de la loi, de la déontologie professionnelle, de l’éthique, de la religion, de la morale…


Jean Martin revient régulièrement sur un principe éthique essentiel à ses yeux dans l’exercice de la médecine : d’abord ne pas nuire. Ce principe retrouve une actualité avec l’avertissement « faire moins est parfois mieux » (less is more).


Bonnes lectures !

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le prix de l’adaptation imposée par le cancer
Jeudi 14.11.2019
Par Nicolas Sperisen et Alexandra Balz
Après les traitements initiaux contre un cancer, la personne concernée et les proches s’adaptent peu à peu pour retrouver une certaine qualité de vie. Ces ajustements imposés sont souvent ardus et coûteux. Comment imaginer un meilleur soutien ?