Go Top

Publication / 5 prises de position pour la défense des actions en faveur des personnes usagères des drogues

Jeudi 19.03.2015

5 prises de position pour la défense des actions en faveur des personnes usagères de drogues

Communiqué de l’association Première ligne à Genève, 18 mars 2015

Après avoir fêté ses 10 ans d’existence en 2014 et, avec près de 25 ans de travail de réduction des risques liés à l’usage de drogues à Genève, l’association Première ligne a souhaité réaffirmer sa volonté de défendre des actions en faveur des personnes usagères de drogues.

Les prises de position que l’association Première ligne présente aujourd’hui réaffirment sa volonté de défense des personnes consommatrices de drogues. Accorder un nouveau statut aux personnes usagères de drogues, c’est les reconnaître au-delà de la consommation de drogues et valoriser ce qu’elles sont et leurs potentiels en tant qu’êtres humains.

5 thématiques sont abordées qui représentent les enjeux majeurs du travail de réduction des risques pour les années à venir :

  • L’accès universel aux prestations de réduction des risques liés aux drogues

L’association Première ligne réaffirme la nécessité de l’accès universel aux prestations de réduction des risques pour toute personne faisant usage de produits psychotropes.

  • La prise en charge globale des personnes usagères de drogues dans notre société

En s’appuyant sur vingt ans de travail de réduction des risques liés à l’usage de drogues, l’association Première ligne se positionne en faveur d’alternatives à la guerre contre la drogue. D’une politique de santé publique liée au VIH, le travail de réduction des risques doit évoluer vers une politique de préservation de la santé globale qui tient compte des besoins sociaux exprimés régulièrement par les personnes usagères de drogues.

  • Le développement d’alternatives à la guerre à la drogue

L’association Première ligne réaffirme la nécessité de logements adaptés pour les personnes usagères de drogues. Réglementer le marché des drogues, c’est prendre le contrôle sur les systèmes mafieux afin de mieux protéger les personnes qui font usage de produits psychotropes.

  • Le développement d’hébergements durables en faveur des personnes usagères de drogues

L’association Première ligne réaffirme la nécessité de logements adaptés pour les personnes usagères de drogues. Offrir des logements durables, c’est donner les moyens aux personnes usagères de drogues de prendre soin de leur santé.

  • Les actions de réduction des risques liés à l’usage de drogues en milieu festif.

L’association Première ligne réaffirme la nécessité d’actions de réduction des risques liés à l’usage de drogues en milieu festif. Les actions en milieu festif et les services d’analyse de substances psychotropes doivent se développer et recevoir la reconnaissance et les moyens financiers nécessaires à leur réalisation.

Les 5 prises de position en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?