Go Top

Livre / Vivre la gestion hospitalière. Une question spirituelle ? de Marc Desmet

Mardi 17.03.2015

Vivre la gestion hospitalière. Une question spirituelle ?

De Marc DESMET, Editions Lumen vitae, Collection Soins et Spiritualités, Bruxelles, mars 2015, 104 pages.

JPEG - 46.1 ko

Accepter le management moderne pour l’hôpital mais à quel prix de souffrance, d’incompréhension, de nostalgie, telle est la problématique implicite de l’ouvrage de M. Desmet. Sans prôner le refus du changement, ni le retour en arrière, il analyse et critique les excès du management actuel tout en défendant le manager moderne et en élargissant le débat sur le terrain de sa compatibilité avec l’exigence éthique.

Marc Desmet donne voix aux soignants confrontés à ces changements parfois contradictoires qui les soustraient à l’essentiel de leur mission. Pourtant, la compréhension mutuelle entre soignants et management s’exprime au travers de la voix de Olivier Joël, directeur général d’une vingtaine d’établissements sanitaires et médico-sociaux à la fondation Diaconesses de Reuilly. Oui, il est possible de valoriser la dimension spirituelle du travail, l’amour du métier, l’enthousiasme par des points d’attention structurels. Un livre accessible à tous, pas seulement aux gens du monde de la santé.

Marc Desmet est jésuite, médecin responsable de l’Unité et de l’équipe mobile des soins palliatifs à l’Hôpital Jessa de Hasselt, en Belgique. Il est éthicien, enseignant invité au Centre Sèvres.

Sur cette question, abordée sous l’angle de la santé publique, lire aussi l’article de Stéfanie Monod, cheffe du Service de la santé publique du canton de Vaud : « Quels liens entre spiritualité et santé publique ? », paru dans la Revue REISO, 5 février 2015.

Site internet Editions Lumen vitae

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Quelle égalité dans les assurances sociales?
Jeudi 19.09.2019
Par Camille Zimmermann
Dans les assurances sociales, les inégalités restent nombreuses. Si les inégalités formelles s’exercent souvent au détriment des hommes, les inégalités matérielles, ne touchant que les femmes, sont beaucoup plus pénalisantes.