Go Top

JU / Publication du Plan cantonal addiction 2014-2024

Jeudi 13.03.2014

Plan cantonal addiction JURA

Service de la santé publique, République et canton du Jura, 22 pages.

JPEG - 16 ko

Le Jura se dote d’un Plan cantonal Addiction (PCA) qui établit une stratégie globale en matière d’addictions pour les dix prochaines années. L’objectif principal est de développer des stratégies qui ne se cantonnent pas à la prise en charge des addictions, mais qui intègrent notamment la promotion de la santé, la réduction des risques et les questions démographiques.

Le PCA défend la vision selon laquelle « les personnes qui adoptent des comportements de consommation de substances psychoactives ou des conduites potentiellement addictives le font de façon à ne nuire ni à elles-mêmes ni aux autres ». De nombreux partenaires participent à la mise en œuvre du programme, dont principalement la Fondation Dépendances (prochainement Addiction Jura) et la Fondation O2.

La Fondation Dépendances est chargée de la prévention des addictions, de la prise en charge et des soins aux personnes concernées, ainsi que de la réduction des dommages pour les consommateurs. Les prestations proposées sont basées sur une approche de santé publique pragmatique, issue de la politique des quatre piliers de la Confédération. La Fondation Dépendances développe une philosophie essentiellement humaniste des addictions, construite sur le respect de la personne concernée, dans ses interrogations et dans ses choix, y compris la responsabilité de ses dépendances et abus.

La Fondation O2 mène différents projets de prévention dans le domaine des addictions tels que la coordination du Pôle prévention, Be My Angel, et le réseau cantonal des écoles en santé. La grande nouveauté de 2014 est le lancement du premier programme cantonal jurassien de prévention du tabagisme (présentation sur cette page de REISO).

Le rapport en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La douleur chez la personne âgée
Jeudi 12.12.2019
Par Carla Gomes da Rocha
Elle est souvent mal évaluée et insuffisamment traitée. La douleur n’est pourtant pas une fatalité de l’âge ! Une évaluation globale et un plan de soins coordonnés par l’infirmière peut améliorer tant l’état de santé que l’autonomie de la personne.